Je maîtrise

Décryptages

Climat : les nouvelles responsabilités de la Chine

Étant devenue la deuxième puissance économique du monde, derrière les États-Unis, la Chine a acquis une position géopolitique nouvelle et donc une responsabilité dans l’avenir durable de la planète. Du fait de son influence historique, ses méthodes influeront sur les chemins de la croissance dans de nombreux pays du monde émergent.

Image prise en mars 2018 à Pékin, un jour de pollution record.
Une rue de Pékin en mars 2018, noyée sous des nuages de particules. La pollution urbaine a incité la Chine à engager une transition énergétique volontariste. ©WANG ZHAO / AFP

Avec près 15 000 milliards de dollars, le PIB1 chinois se rapproche du PIB des Etats-Unis (21 500 milliards). Si l’on considère l’Union européenne comme un ensemble (en additionnant les PIB de ses membres), se dessine un trio qui domine la nouvelle carte du monde. Pékin a donc acquis de nouvelles responsabilités, notamment dans le développement technologique mondial et dans l’action contre le réchauffement climatiqueLe réchauffement climatique, appelé aussi réchauffement planétaire ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la température moyenne des océans... .
 

Les émissions de carbone


Avec une consommation énergétique fondée à plus de 60 % sur le charbon, la Chine est responsable en chiffres absolus de plus du quart des émissions mondiales de CO2Dioxyde de carbone. Avec la vapeur d'eau, c’est le principal gaz à effet de serre (GES) de l'atmosphère terrestre...  , soit une part comparable à celles des États-Unis et de l’Europe réunies (Voir le décryptage : Chine : les grands équilibres énergétiques)Même si on considère les émissions par habitant, pour tenir compte du poids d’1,4 milliard d’habitants, on constate qu’un Chinois émet aujourd’hui davantage de gaz à effet de serrePhénomène naturel permettant un accroissement de la température de l'atmosphère d'une planète grâce à la présence de certains gaz... qu’un Européen.

La Chine vise la neutralité carbone à l’horizon 2060.

En septembre 2020, le président chinois Xi Jinping a surpris les experts en annonçant un objectif de neutralité carbone à l’horizon 2060, pour que la Chine n’émette pas plus de gaz à en effet de serre qu’elle ne peut en capter. Il a précisé aussi que le « pic », c’est-à-dire le moment où les émissions chinoises commenceront à baisser en valeur absolue, sera atteint « avant 2030 ».

Plusieurs raisons stratégiques l’y incitent. Mais des difficultés majeures la freinent.

 

Les facteurs incitatifs


Tenir sa place dans le « trio » Alors que le président américain Donald Trump avait retiré son pays de l’accord universel de Paris sur le climat, la Chine s’est affichée comme le garant avec l’Europe de l’action climatique.  Le retour des Etats-Unis avec le nouveau président Joe Biden début 2021 relance l’actualité de l’accord signé à Paris lors de la COP 21 en décembre 2015.
 

Être leader dans l’innovation technologique – La transition énergétiqueLa transition énergétique désigne le passage du système actuel de production d'énergie... implique une série de technologies où la Chine est performante depuis des années. Dominant déjà le secteur des panneaux photovoltaïquesUn panneau solaire photovoltaïque, ou module photovoltaïque, est un assemblage de cellules photovoltaïques reliées entre elles... et présente sur tous les développements du nucléaire, elle a imposé sa dynamique sur le développement de la motorisation électrique. Dès 2015, l’État chinois a fait le choix du véhicule électrique avec batterie, plutôt que l’hybride rechargeable. Le poids de l’État dans une économie dirigée et l’effet de masse du marché chinois ont amené tous les constructeurs, notamment japonais et européens, à suivre le mouvement.
 

Maîtriser les problèmes de pollution - La volonté de « rendre le ciel de nouveau bleu », selon la formule utilisée en Chine, est également une incitation forte. Le recours massif au charbon et la faiblesse des réglementations environnementales ont provoqué des pollutions de l’air, de l’eau et des sols qui ont atteint des niveaux insupportables pour la population. La montée des classes moyennes, plus exigeantes en matière d’environnement, a créé une pression sociale qui a conduit le gouvernement à agir. L’exploitation des petites mines de charbon a été arrêtée, les centrales polluantes ont été écartées des villes.
 

Les obstacles à surmonter


Faire reculer le charbon - Dans certaines provinces, les autorités avaient pris des mesures pour interdire l’usage industriel ou domestique du charbon en préconisant le recours au gaz. Mais les pénuries de gaz et d’électricité provoquées par la forte demande ont suscité un tel mécontentement que les autorités ont dû revenir sur leurs mesures d’interdiction.


Bien utiliser l’électricité renouvelable - Les plus grands parcs éoliens se trouvent dans le nord du pays, alors que les zones de forte demande se situent sur les côtes est et sud. Or le réseau de transport d’électricité est encore faible. De ce fait, une partie de l’électricité qui pourrait être produite grâce aux nouvelles installations est « perdue ».  
 

La Chine s’engage dans un marché national du carbone


Avec un peu de retard sur ses prévisions, la Chine a lancé en février 2021 un marché national du carbone. Il s’agit, comme en Europe, d’un système d'échanges de quotas d'émissions pour les centrales thermiques. En donnant un prix au carbone, on renchérit le coût des émissions polluantes, ce qui incite les entreprises à les limiter (Voir le décryptage : Les mécanismes pour donner un prix au carbone).

 

Source : 

Le produit intérieur brut (PIB) mesure la valeur de la « production de richesse » annuelle effectuée par les agents économiques d’un pays (ménages, entreprises, administrations publiques). Mesuré ici en dollars courants.