J'approfondis

Infographies

Les gazoducs entre l’Europe, la Russie et le Caucase

La Russie est le principal fournisseur de l’Europe en gaz naturel : elle a assuré en 2021 environ 45 % des importations européennes. Viennent ensuite la Norvège (24 %), l’Algérie (11 %) puis le Royaume-Uni, les Etats-Unis, et le Qatar. L’Europe cherche depuis la fin 2020 à accroitre les importations de l’Azerbaïdjan sur la mer Caspienne. Le gaz arrive essentiellement par gazoducs, même si les livraisons par méthaniers (gaz naturel liquéfié) augmentent. Comment est organisé ce réseau de pipelines ?

Les gazoducs entre l’Europe, la Russie et le Caucase

RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI

GAZODUC

TAP (TRANS ADRIATIC PIPELINE)
Mise en service : fin 2020
Capacité : 10 Gm 3 /an,
doublée ensuite

Longueur : 880 km
Origine du gaz : Azerbaïjan
Trajet (à partir de la Turquie) : Bulgarie - Grèce - Albanie - mer Adriatique - Italie
Il complète le corridor gazier sud-européen en arrivant, sous la mer Adriatique, dans le sud de l’Italie.  
  FILTRES
Les gazoducs entre l’Europe, la Russie et le Caucase
Sélectionnez un type de gazoduc
puis sélectionnez ensuite un tracé :
Sources : Gazprom export ; Gazprom ; Tanap ; Trans Adriatic
Pipeline ; BP ; Natural Gas Europe ; Nord Stream ; South
Stream Transport
5ème Gauche pour planete-energies.com
 
Gazoducs Russie/CEI vers l'Europe existants et en projet
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Gazoduc NORD STREAM
Nord Stream 1
Mise en service : octobre 2012
Capacité : 55 Gm 3 /an
Longueur : 1 224 km
Origine du gaz : Sibérie occidentale, via le gazoduc Gryazovets-Vyborg (917 km) raccordé au Yamal
Trajet (à partir de la Russie) : sous la mer Baltique, de Vyborg à Greifswald (Allemagne)
Nord Stream 2
Le projet lancé en avril 2018 était destiné à doubler la capacité de transport de gaz, suivant le même itinéraire sous la Baltique. Le gazoduc a été terminé fin 2021, mais son autorisation de mise en service a été suspendue fin février 2022, au début du conflit entre la Russie et l’Ukraine.
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Gazoduc YAMAL EUROPE
Mise en service : 2006
Capacité : 33 Gm3/an
Longueur : 2 800 km en Russie, de l'ordre de 4 000 km au total
Origine du gaz : Péninsule de Yamal, en mer de Kara
Trajet (à partir de la Russie) : Biélorussie - Pologne – Allemagne
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Gazoduc BROTHERHOOD
Mise en service : 1967
Capacité : 100 Gm3/an
Longueur : de l’ordre de 4 000 km
Origine du gaz : Nord de la Sibérie occidentale et Bassin de la Volga (branche «Soyouz»)
Trajet (à partir de la Russie) : Ukraine - Slovaquie puis 2 branches,
République Tchèque - Allemagne/Bénélux/France et Autriche - Italie/Slovénie/Croatie
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Pipeline BLUE STREAM
Mise en service : Février 2003
Capacité : 16 Gm3/an
Longueur : 1 213 km
Origine du gaz : Russie
Trajet (à partir de la Russie) : sous la mer Noire, de Beregovya à Samsun (Turquie)
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Gazoduc NABUCCO
Projet initié en 2002 par l’Union européenne mais actuellement à l’arrêt.
Il devait relier les pays de la mer Caspienne à l'Europe centrale, via la Turquie et la Roumanie.
Il a été progressivement supplanté par le corridor gazier sud-européen (SCP-TANAP-TAP).
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Gazoduc TAP (TRANSADRIATIC PIPELINE)
Mise en service : fin 2020
Capacité : 10 Gm3/an, doublée ensuite
Longueur : 880 km
Origine du gaz : Azerbaïdjan
Trajet (à partir de la Turquie) : Bulgarie - Grèce - Albanie - mer Adriatique - Italie
Il complète le corridor gazier sud-européen en arrivant, sous la mer Adriatique, dans le sud de l’Italie.
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Gazoduc TANAP (TRANS-ANATOLIAN NATURAL GAS PIPELINE)
Inauguration : décembre 2019
Capacité : 10 Gm3/an, doublée ensuite
Longueur : 1 850 km
Trajet : frontière géorgienne – traversée de toute l’Anatolie - frontière grecque (Ipsala)
Origine du gaz : Azerbaïdjan
Ce gazoduc fait partie de la chaîne dite du « corridor gazier sud-européen » permettant d'alimenter l'Europe en gaz azerbaïdjanais.
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Gazoduc SCP (SOUTH CAUCASUS PIPELINE)
Inauguration : 2018
Capacité : 10 Gm3/an, doublée ensuite
Longueur : 1 841 km
Rejoint le gazoduc TANAP
Origine du gaz : Azerbaïdjan
Trajet : Bakou – Tbilissi (Géorgie) - Erzurum (Turquie)
Ce gazoduc fait partie de la chaîne dite du « corridor gazier sud-européen » permettant d'alimenter l'Europe en gaz azerbaïdjanais.
  RETOUR AUX GAZODUCS RUSSIE/CEI
Gazoduc TURKSTREAM
Inauguration : 2020 par les dirigeants russes et turcs
Capacité : initialement 63 Gm 3 (dont une partie destinée à l'Europe)
Longueur : environ 920 km sous la mer Noire
Origine du gaz : Russie
Trajet : Anapa (Russie) - Kiykoy (Turquie d'Europe) - Ipsala (à la frontière grecque)
TurkStream s’est substitué à un projet russe plus ambitieux, South Stream, qui devait apporter le gaz au cœur même de l’Europe. Une concurrence avec le projet européen Nabucco a conduit à l’abandon du projet russe.
Sources : Gazprom export ; Gazprom ; Tanap ; Trans Adriatic
Pipeline ; BP ; Natural Gaz Europe ; Nord Stream ; South
Stream Transport
5ème Gauche pour planete-energies.com
 

Au nord

Brotherhood. Du temps de l’Union soviétique, 80 % du gaz russe transitait par le gazoducCanalisations destinées à transporter du gaz sur de longues distances (sur terre ou au fond de la mer). Brotherhood (complété par Soyouz), qui traverse l’Ukraine. Après l’implosion de l’URSS (1991), cette liaison a perduré mais les tensions Ukraine-Russie à répétition ont conduit à chercher des alternatives, tant par le nord que par le sud.

Yamal. Situé plus au nord, Yamal (4 000 km) traverse la Biélorussie et la Pologne. Il est monté progressivement en puissanceEn physique, la puissance représente la quantité d'énergie fournie par un système par unité de temps... jusqu’en 2006.

Nord Stream. A partir de 2005, la Russie et l’Allemagne ont engagé la construction d’un gazoduc reliant directement les deux pays en passant sous la mer Baltique et donc en contournant les axes Biélorussie, Ukraine, Pologne. Nord Stream 1 (1 230 km) a été inauguré en 2011. Un deuxième pipeline doublant le premier, Nord Stream 2, est terminé mais sa mise en service a été suspendue début 2022 en raison de la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

Au sud

Blue Stream – Depuis 2003, le gazoduc Blue Stream (1 213 km, dont 400 km sous la mer Noire), alimente la Turquie. La Russie a envisagé de donner plus d'ampleur à la voie sous la mer Noire avec South Stream, destiné à aller jusqu’au cœur de l’Europe. Mais elle y a renoncé fin 2014. Il s’agissait du pendant de Nord Stream, contournant l’Ukraine.

Turk Stream – La Russie s’est repliée sur un projet plus modeste. En janvier 2020 elle a inauguré Turk Stream, à charge pour les pays européens d’aller chercher le gaz à la frontière entre la Turquie et la Grèce.

Vers la mer Caspienne

Nabucco – L’Union européenne a pendant quelque temps envisagé l’idée d’un grand pipeline qui serait allé chercher le gaz des pays producteurs autour de la mer Caspienne, voire de l'Iran. Initié en 2002 pour desserrer la dépendance au gaz russe, sa réalisation est pour l’instant enlisée. S’y est substitué le corridor gazier sud-européen, constitué de trois gazoducs complémentaires.

SCP (South Caucasus Pipeline) – Long de 692 km, il relie l’Azerbaïdjan à la Turquie en passant par la Géorgie.

TANAP (Trans-Anatolian Natural Gas Pipeline). Il assure à travers le territoire turc le passage du gaz venu de la mer Caspienne vers l’Europe.

TAP (Trans Adriatic Pipeline) – Ouvert fin 2020, long de 878 kilomètres, il complète le corridor sud-européen en traversant la Bulgarie, la Grèce, l'Albanie et la mer Adriatique avant d’arriver dans le sud de l’Italie. L’Azerbaïdjan a commencé fin 2021 à y envoyer du gaz vers l’Europe.

Cette infographie vous a-t-elle intéressé(e) ?

2 0