L'exploitation offshore en 15 images

Publié le 24.01.2015
Collège
Technologie

Lecture 5 min

1. L'essor mondial de la production offshore

 L'exploitation en mer du pétrole et du gaz ne cesse de croître : en 2013, elle assure 30 % de la production mondiale de pétrole et 27 % de la production de gaz. Et dans ce domaine, l' dit "ultra-profond" (au-delà de 1 500 mètres de profondeur d'eau) prend une place de plus en plus importante. Les plateformes posées sur le fond de la mer sont remplacées au-delà de 400 mètres par des plateformes semi-submersibles ou d'immenses barges flottantes. Ici, la plateforme du champ de Laggan, près des îles Shetland.

2 - Les plateformes de la mer du Nord

2. Les plateformes de la mer du Nord

Les premières plateformes offshore ont été installées dans des eaux peu profondes (moins de 400 mètres). Elles sont soutenues par des piliers ou des socles en béton posés sur le fond de la mer. La mer du Nord comporte plus de 450 installations de ce type, généralement constituées d'une plateforme principale d'exploitation, de quartiers de vie reliés par une passerelle et d'une piste d'atterrissage pour hélicoptères.

3 - Des mers froides aux mers tropicales

3. Des mers froides aux mers tropicales

Vue de la plateforme du champ gazier de Yadana, en mer d'Andaman, à 60 km environ de la côte du Myanmar (Birmanie). Les réserves sont estimées à plus de 150 milliards de m3 et la durée de vie à trente ans. Un sous-marin de 350 km transporte le gaz jusqu’au rivage où le relais est pris par un gazoduc en direction de la Thaïlande. Le champ produit en effet à la fois pour le marché local birman et les centrales électriques thaïlandaises. 

4 - Une aventure humaine

4. Une aventure humaine

 Si certaines unités modernes sont pilotées à distance, l'exploitation d'une plateforme offshore est avant tout une aventure humaine, rassemblant ingénieurs et techniciens de toutes nationalités. La coordination, sous l'égide d'un « capitaine » de plateforme, est un élément déterminant pour l'efficacité et la sécurité de l'installation. Quelques femmes ont déjà eu la responsabilité de plateformes sur toutes les mers du monde.

5 - Une surveillance de tous les instants

5. Une surveillance de tous les instants

La salle de contrôle de la plateforme de Grondin, au large de Port Gentil, au Gabon. Elle permet de gérer d’un point unique toutes les opérations, de surveiller les appareils de mesure et de transmettre les messages vocaux, notamment d’alerte, aux différentes équipes au travail. 

6 - L'indispensable hélicoptère

6. L'indispensable hélicoptère

 Les transferts de personnels s'effectuent par hélicoptère. Le port d'une combinaison étanche dotée de gilets de sauvetage est obligatoire afin d'assurer, en cas d'accident, la survie en mer dans l'attente des secours. Les contrôles des bagages sont très stricts : pas d’objets dangereux, pas d'alcool, pas de briquets. Il est interdit de fumer sur les plateformes.

7 - Travail de nuit

7. Travail de nuit

 Le travail ne cesse pas sur une plateforme (ici Paragon L1115 au large du Qatar) et les deux équipes de nuit et de jour se succèdent en continu. Les personnels travaillent généralement deux semaines de suite puis bénéficient de périodes de repos au moins équivalentes.

8 - La zone de vie en dehors du travail

8. La zone de vie en dehors du travail

Les quartiers de vie abritent les chambres -  généralement 2 ou 3 couchettes, quelquefois individuelles - le restaurant, des aires de repos, des salles de sports. Ici, la salle de télévision sur la plateforme L7CC en mer du Nord, au large des Pays-Bas. Une infirmerie assure les premiers soins (la cause d'accidents la plus fréquente est la chute sur les escaliers ou les poutrelles de fer souvent glissants). 

9 - Les impératifs de la sécurité

9. Les impératifs de la sécurité

 La sécurité est une préoccupation constante à bord des plateformes. Un moteur spécifique alimente les pompes qui seraient utilisées en cas d’incendie. Les pétroliers gardent le souvenir du terrible accident de Piper Alpha, le 6 juillet 1988, qui fit 167 morts, au large de l’Écosse, et celui de la plateforme d'exploration Deepwater Horizon, le 20 avril 2010, dans le golfe du Mexique (11 morts). Ici, deux électriciens à bord de Grondin, au large de Port Gentil (Gabon). 

10 - Les plateformes semi-submersibles

10. Les plateformes semi-submersibles

Quand la profondeur dépasse 400 mètres, on utilise des plateformes flottantes, dotées de ballasts et ancrées sur le fond de la mer pour les fixer et éviter qu'elles ne dérivent. Ici, la plateforme West Phoenix du champ gazier de Laggan, à 125 km à l'ouest des îles Shetland, couplé au champ de Tormore. Les forages se font à 600 mètres de profondeur d'eau et pénètrent les couches sédimentaires jusqu'à 3 000 mètres. Des conduites sous-marines transportent la production à terre.

11 - Les navires de forage

11. Les navires de forage

Les forages sous-marins en eaux profondes sont effectués par des navires spécialisés à positionnement dynamique, les drillships. La location en Europe d'un navire de forage coûte environ un million d'euros par jour. Ici, le « West Gemini », lors d'opérations au large des côtes angolaises. 

12 - Comme un immense paquebot immobile

12. Comme un immense paquebot immobile

 L'exploitation des champs en offshore très profond ou très éloignés de la côte s'effectue avec d'immenses barges, les FPSO (Floating Production Storage and Offloading). Elles produisent, stockent et chargent les hydrocarbures à bord des tankers. Le FPSO Pazflor, ancré au large des côtes angolaises, couvre 49 puits sous-marins, répartis sur 600 km² (six fois la surface de Paris), par des profondeurs d'eau allant de 600 à 1 200 mètres. 

13 - Grand comme trois terrains de football

13. Grand comme trois terrains de football

 Le groupe Total a installé en décembre 2014 son quatrième FPSO positionné sur les champs pétroliers au large de l'Angola. Il s'agit du projet CLOV. Au premier plan, les bateaux de sauvetage peuvent être lancés dans la mer en cas d'ordre d'évacuation de la barge. Construit en quatre mois pour 8 milliards de dollars, CLOV mesure 305 mètres de long sur 61 mètres de large.

14 - Une véritable usine sous la mer

14. Une véritable usine sous la mer

Schéma de développement du champ offshore en eaux profondes d'Akpo, au large du Nigeria. Vingt conduites flexibles remontent les hydrocarbures, vingt-deux autres injectent l'eau et le gaz utilisés pour les déplacer en direction du puits de production. De plus en plus d'opérations techniques sont effectuées sur le fond de la mer, ce qui implique la pose et la gestion de nombreux équipements. Le champ d'Akpo produit des condensats et du gaz. 

15 - Les champs offshore vivent longtemps

15. Les champs offshore vivent longtemps

Le champ Anguille, au large des côtes gabonaises, est un exemple de rénovation d'un champ mature, exploité depuis 40 ans. A partir d'une nouvelle plateforme, 21 puits supplémentaires seront forés par 30 mètres de fond. La plateforme n'est pas habitée mais pilotée à distance. Dans ce nouveau projet, le volume de gaz brûlés à la torche a été réduit de 90 %. Les compagnies pétrolières ont engagé un effort pour éliminer ou réduire l'utilisation des torchères destinées à éliminer les gaz associés à la production pétrolière.