Masdar City : une ville « laboratoire »

Actualisé le 23.02.2024
Collège Lycée
Histoire, géographie et géopolitique

Lecture 10 min

Masdar City, situé dans l’émirat d’Abou Dhabi, est une ville qui a vu le jour en 2006 dans une région très chaude et très riche en pétrole. Son objectif est de devenir une ville écologique, « zéro carbone, « zéro déchets » et « zéro énergies fossiles ». C’est un défi très difficile à relever, et la ville n’a pas encore réussi à atteindre ses objectifs. Mais c’est un endroit très intéressant, où l’on teste des nouvelles technologies pour l’environnement, et où l’on forme des étudiants et des entrepreneurs pour construire les prochaines villes du futur. 

L'un des parcs photovoltaïques qui assure l'alimentation de Masdar City

Au sein des Émirats arabes unis (EAU), qui regroupent 7 émirats, l’émirat d’Abou Dhabi est le plus grand et le plus riche, car il a beaucoup de pétrole et de gaz naturel dans son sous-sol. Mais cet émirat sait que le pétrole et le gaz ne vont pas durer éternellement. Ses dirigeants veulent maintenant devenir les leaders dans la et le développement des énergies renouvelables, pour trouver les moyens de se passer peu à peu du pétrole et du gaz naturel.

Le chantier de Masdar City a donc été lancé en 2006.  Son nom signifie « La source » en arabe car elle veut inspirer le monde entier par ses innovations technologiques. Elle est très proche de l’aéroport d’Abou Dhabi, mais elle est très différente des autres villes. Elle a été faite pour accueillir 50 000 personnes, mais il n’y a que 6 000 personnes qui y vivent en 2024, surtout des étudiants et des experts venus d’autres pays. Ils sont réunis dans deux micro-quartiers, l’un autour du « Masdar Institute of Science and Technology » (MIST), mis sur pied avec le MIT de Boston, l’autre autour du siège de l’International Renewable Energy Agency (Irena).

 

Des innovations spectaculaires

Si elle n’a pas réussi en tout, Masdar City a ouvert quelques pistes intéressantes. 

  • L’architecture

Il est apparu utile de mêler la tradition comme des ruelles étroites, dans le style des médinas arabes, pour se protéger du soleil et canaliser les vents mais aussi la technologie la plus avancée comme l’intelligence artificielle, pour optimiser tous les équipements urbains et les bâtiments. La ville a testé une « tour à vent » qui capte la  au sommet et restitue de l’air frais à la base après brumisation. Bien sûr, il y a une profusion de panneaux solaires sur les toits et façades des immeubles, construits en terre cuite. 

  • Les transports 

La ville a implanté des transports en sous-sol par voiturettes (10 personnes au maximum) sans conducteur, guidées par des rails magnétiques. Le trajet est déterminé selon les besoins des voyageurs. La marche et le vélo sont encouragés. 

  • L’autosuffisance et les déchets 

Masdar City se heurte au problème de la fourniture en eau et en nourriture. Des tests de récupération de l’humidité de l’air par condensation n’ont guère fonctionné, tandis que des essais de fermes verticales ont été peu concluants. Formule plus classique, une usine géante de dessalement de l’eau de mer devrait être finalisée en 2025. La ville cherche aussi à promouvoir une économie circulaire aboutissant à zéro déchet. 

 

Un laboratoire tourné vers le monde

L’institution qui développe Masdar City cherche en même temps à investir dans les recherches avancées conduites dans le monde. Par exemple, elle s’intéresse aux panneaux solaires en films minces en Allemagne, au solaire thermodynamique en Espagne, à l’éolien off-shore dans l'estuaire de la Tamise et à tous les projets solaires du Golfe. 

D’autres équipes à Masdar s’impliquent dans les projets de captage et stockage du sous terre. Des recherches sur le recyclage des déchets et des eaux usées réutilisées pour l’irrigation sont menées avec l’objectif de les développer en Afrique où l’eau est rare et précieuse.

Masdar City est un projet ambitieux qui veut créer une ville verte et innovante dans le désert. Elle utilise des énergies renouvelables, des transports intelligents, et des solutions pour économiser l’eau et diminuer les déchets. Elle n’a pas encore atteint tous ses objectifs, mais elle est un laboratoire pour tester et partager des nouvelles technologies pour l’environnement. Elle montre que les pays riches en pétrole peuvent aussi se tourner vers un avenir plus durable. 

Futur et innovations

Tout voir