Dossier : La Chine et l'énergie

2 contenus dans ce dossier

Je maîtrise

Décryptages

Chine : les grands équilibres énergétiques

La Chine est sans doute le pays qui a connu les mutations les plus spectaculaires depuis les années 1980 (voir encadré ci-dessous). Partant d’une économie communiste fermée sur elle-même et en panne, le pays s’est ouvert à la mondialisation, a construit des ports et des métropoles géantes, est devenu le premier marché automobile et est aujourd’hui la deuxième puissance économique mondiale derrière les États-Unis. Il devrait devenir la première entre 2030 et 2035.

Image de wagons de chemin de fer chargés de charbon, dans la grande ville industrielle et minière de Huaibei, en Chine.
Des wagons chargés de charbon quittent la ville industrelle et minière de Huaibei.Le mix énergétique chinois repose encore largement sur le charbon. ©CRÉDITSTR / AFP

Coup de frein sur la consommation

De tels mouvements tectoniques ont bien sûr exigé des quantités massives d’énergie. Sa consommation a triplé entre 1990 et 2015, passant de 650 millions de tonnes équivalent pétroleLa « tep" est l'unité de mesure énergétique correspondant à l’énergie fournie par la combustion d’une tonne de pétrole... (Mtep) à 1 900 Mtep (à titre de comparaison, la France consomme 162 Mtep). En 2016, la Chine est le plus gros consommateur d’énergie avec une part de 23 % du total mondial1. Bien sûr, rapportée au nombre d’habitants, la consommation énergétique de la Chine reste faible, un peu supérieure à la moyenne mondiale mais pratiquement la moitié de la moyenne des pays les plus développés de l’OCDE2.

26,4 % : la part des énergies renouvelables dans la production électrique chinoise.

En 2016, la croissance de la consommation énergétique chinoise (+1,3 %) est encore supérieure à la moyenne mondiale (+1 %). Cependant, il y a un coup de frein indéniable puisque de 2005 à 2015, le rythme était en moyenne de 5,3 % par an. Ce mouvement s’explique à la fois par le ralentissement de la croissance économique chinoise après des années de taux à deux chiffres et par les efforts du gouvernement de Pékin pour améliorer l’« intensité énergétique » du pays3. C’est en effet une meilleure efficacité dans l’utilisation de l’énergie qui doit permettre à la Chine de contenir ses besoins en énergie tout en poursuivant sa croissance. (Voir le décryptage « Les nouvelles responsabilités de la Chine »).

Le charbon, dominant pour longtemps 

Ce grand bond économique chinois s’est appuyé sur une source d’énergie dont le pays dispose en grandes quantités, à savoir le charbon. La Chine est non seulement le premier producteur mondial, appuyé sur ses réserves (les 2du monde après celles des États-Unis), mais aussi le premier importateur, devant l’Inde. La part du charbon dans le mix énergétiqueLe mix énergétique, ou « bouquet énergétique », décrit la répartition des différentes sources d’énergies utilisées pour la consommation énergétique d’un territoire... primaire était de 62 % en 2017 (contre 74 % au milieu des années 2000). Il assure 65 % de la production de l’électricité (contre 1,8 % en France et 30,1 % aux États-Unis en 2017). Voir les graphiques ci-dessous.

Malgré le volontarisme des politiques publiques chinoises pour réduire son utilisation, à cause des problèmes de qualité de l’air et de santé qui en résultent, le charbon restera très présent. Signe de la rigidité des structures énergétiques, sa part devrait encore dépasser 40 % dans le mix énergétique primaire en 20404

Le charbon représentera encore plus de 40 % du mix énergétique primaire de la Chine en 2040.

Les énergies renouvelables

La Chine dispose des plus grandes capacités mondiales d’énergie hydraulique, symbolisées par la centrale hydro-électrique géante des « Trois gorges », mise en production entre 2006 et 2009, sur le fleuve Yangzi Jiang. Elle y a ajouté depuis 2000 le solaire et l’éolien qui connaissent une hausse constante : de 2015 à 2017, la capacité installée en solaire photovoltaïque a plus que doublé ; la croissance de l’éolien a ralenti depuis 2015 mais la Chine détient environ 1/3 de la capacité éolienne mondiale.

Ainsi, la Chine est désormais le plus grand producteur d’électricité renouvelable dans le monde. En 2017, leur part a atteint 26,4 % dans la production électrique. Ce mouvement se répercute sur le plan industriel, puisque le pays assure plus du tiers de la production mondiale de panneaux solaires et est un des plus grands constructeurs d'éoliennes au monde.

Le gaz et le pétrole

La Chine n’est pas un grand pays producteur d’hydrocarburesLes hydrocarbures sont des composés chimiques dont les molécules sont constituées d'atomes de carbone et d'hydrogène... et doit importer l’essentiel de sa consommation. Le taux de dépendance de la Chine en matière de pétrolePétrole non raffiné. a atteint un record en 2016 à 68 %. Le pays est devenu le plus grand importateur de pétrole du monde. Le gaz ne représente qu’un peu plus de 5 % de la consommation totale d’énergie primaireL’énergie primaire désigne l’ensemble des sources d’énergie non transformées, c’est-à-dire à l’état naturel... du pays, mais ses importations ont fait un bond de 33 % en 2017. Ce mouvement devrait s’accélérer et la Chine deviendra dans les prochaines années un acteur décisif sur le marché mondial du GNLLe GNL est du gaz naturel liquéfié (LNG en anglais), constitué presque exclusivement de méthane..., le gaz naturel liquéfié. 

Cette situation de dépendance pour les hydrocarbures a une forte influence sur la géopolitique. La Chine renforce sa flotte militaire et installe de nombreuses bases dans le monde ; elle investit aussi beaucoup dans les ports du monde afin de protéger les routes maritimes de son approvisionnement et en même temps de favoriser les débouchés de ses produits. Elle accroît ses approvisionnements de gaz avec l’Asie centrale et la Russie, afin de diversifier son approvisionnement.

Le nucléaire

La Chine a engagé un plan de développement du nucléaire à long terme. Elle dispose fin 2017 d’un parc nucléaire d’une puissance installéeLa puissance électrique installée représente la capacité de production électrique d'un équipement... de 34 GW. Elle s’est fixé un objectif de 58 GW en 2020, l’équivalent du parc français. Mais elle vise bien plus haut : une capacité installée de 150 à 200 GW à l’horizon 2030, soit environ la moitié du parc mondial actuel5. Même avec de telles ambitions, le nucléaire ne devrait représenter que 6 ou 7 % de la production électrique totale (contre 4 % aujourd’hui). 

 

Consommation finale d'energie primaire en 2017.png

Graphique 1 : Consommation finale d'énergie primaire en 2017 - source Statista

 

Sources de la production d'electricite en 2017

Graphique 2 : Sources de la production d'électricité 2017 - source ChinaEnergyPortal

 

Les mutations de la Chine

L’ouverture de la Chine commence deux ans après la mort de Mao Zedong en 1976. De 1978 à 1988, son successeur Deng Xiaoping décollectivise les terres, ouvre des zones économiques spéciales aux investissements étrangers et fait entrer son pays dans l’économie de marché sans pour autant détruire les institutions communistes.

D’abord « atelier du monde », la Chine inonde les marchés de ses produits grâce au bas niveau de ses salaires et une monnaie sous-évaluée, le yuan. Au fil des années, les industries développent des technologies de plus en plus sophistiquées avec l’aide des entreprises étrangères attirées par ce grand marché. Ses réserves monétaires considérables lui ont permis d’être le premier détenteur étranger de la dette des États-Unis

Après avoir dépassé 80 % dans les années 1970, la part de sa population rurale est tombée à 43 % en 2016. Quelque 500 millions de ruraux ont migré vers les villes. Le PIB par habitant est passé de 200 dollars à plus de 8 000 dollars (France : 37 000 dollars), avec l’émergence d’une très nombreuse classe moyenne. Le nombre de voitures vendues a été multiplié par 5 entre 2005 et 2015.

Le seul secteur où la croissance plafonne est celui de la population : selon les statistiques officielles, quelquefois contestées, la Chine a officiellement 1 380 millions d’habitants (près de 20 % de la population mondiale). Elle devrait être dépassée en 2025 par l’Inde (aujourd’hui 1 324 millions). Cette modération démographique est due à la politique de l’« enfant unique », imposée de façon autoritaire jusqu’en 2015. Cette situation commence à peser sur l’économie chinoise : le réservoir de la main d’œuvre rurale s’épuise, ce qui pousse à la hausse les salaires, et donc la rentabilité des entreprises. Cette politique se traduit en outre par un vieillissement accéléré de sa population, alors que la Chine ne dispose pas de dispositifs de retraite analogue à ceux des pays de l’OCDE.

 

Sources :

(1) BP statistical review 2017 (en anglais uniquement)

(2) Agence internationale de l’énergie – Key world energy statistics (en anglais uniquement)

(3) L’intensité énergétique mesure la consommation d’énergie par rapport au produit intérieur brut (PIB).

(4) Voir étude de l’AIE (en anglais uniquement)

(5) Voir étude de la SFEN