Le transport de l’électricité

Actualisé le 18.03.2024

Lecture 5 min

Lycée
Technologie

L’ est acheminée de son lieu de production jusqu’au consommateur final grâce à un large réseau de lignes aériennes ou souterraines. Les câbles restent l’unique moyen de transport de l’électricité : des câbles supportés par des isolateurs et des pylônes pour les lignes aériennes et des câbles isolés et mis en caniveaux pour les lignes souterraines.

Depuis les sites de production, l’électricité emprunte d’abord le réseau de transport à haute et très haute tension (HT/THT). La plupart des lignes sont aériennes, ce qui facilite leur entretien. Bien que plus coûteux, l’enfouissement des lignes progresse, pour plus de sécurité et moins de déperditions d’énergie.

Ensuite, le réseau de distribution à moyenne et basse tension prend le relais, sur des distances plus courtes et jusqu’au consommateur final. Plusieurs modules permettent la circulation sécurisée de l’électricité :

  • les postes électriques reçoivent l'énergie électrique, la transforment en passant d'une tension à une autre, et la répartissent1 ;
  • à l’intérieur, les transformateurs modifient la tension électrique, pour lui permettre d’emprunter les lignes adéquates ;
  • les disjoncteurs protègent le réseau contre d'éventuelles surcharges (foudre, amorçage avec une branche d'arbre) en coupant le courant de certaines portions de lignes.
L’OMS a engagé en 1996 une études sur les dangers potentiels des lignes à haute et très haute tension.

Les lignes à haute tension sont-elles dangereuses ?

Les lignes à haute et très haute tension génèrent d'importants champs électromagnétiques (CEM). Leurs effets possibles sur la santé des populations riveraines et sur l'environnement font l'objet de recherches approfondies depuis 1996, à travers le projet international pour l'étude des champs électromagnétiques lancé par l’ . Ces recherches2 ont souligné que « à une distance comprise entre 50 et 100 mètres des lignes à haute tension, l'intensité des CEM retombe à la valeur mesurée loin de ces installations. » Toutefois, l'OMS fait aussi état de « lacunes dans les connaissances » sur les CEM. En attendant que la recherche scientifique progresse sur ce sujet, des normes internationales d'exposition maximale aux CEM ont été fixées. Elles tiennent compte de facteurs comme les activités des personnes exposées, leur âge ou le temps passé à proximité d'une ligne à haute tension.

Stockage et transport de l’énergie

Tout voir