Le Japon à la recherche d'un équilibre énergétique

Actualisé le 01.12.2023
Lycée
Histoire, géographie et géopolitique

Lecture 10 min

Pays très peuplé, très industrialisé, avec un espace habitable limité et pratiquement pas de ressources en énergies fossiles, le Japon est depuis plus de cinquante ans en quête d’énergies nouvelles et d’innovations technologiques. Cette démarche volontaire a placé le pays parmi les plus avancés dans la recherche sur les énergies renouvelables et l’ .

Des conditions géographiques atypiques

Le « pays du soleil levant » est un archipel de près de 7 000 îles et îlots, dont les quatre plus grandes îles (Honshù, Hokkaidô, Kyùshù et Shikoku) représentent 97 % de la superficie totale. Ses 127 millions d’habitants, concentrés sur les étroites plaines littorales, lui assurent le 10rang mondial, même si le pays est en déclin démographique. Le Grand Tokyo est la plus grande métropole du monde, avec plus de 30 millions d’habitants.

Le Japon est une zone volcanique, située sur la « ceinture de feu du Pacifique » à la rencontre de plusieurs . Cette configuration géologique a pour conséquence une quasi-absence de ressources en énergies fossiles. Elle est aussi à l’origine de fréquents mouvements sismiques, certains très destructeurs, qui menacent les vies et perturbent les réseaux électriques et les installations industrielles.

Le pays dispose du 3PIB mondial, avec une puissante industrie, surtout dans les secteurs de pointe comme l’automobile ou l’électronique.

 

La dépendance au pétrole et au gaz

Le Japon est un grand consommateur et importateur d’énergie1. Sa consommation d’énergie primaire est constituée pour 88 % des énergies fossiles, notamment le gaz, qui sont en quasi-totalité importées.

88% :
La part des énergies fossiles dans le mix énergétique japonais.

Cette dépendance aux énergies fossiles a été aggravée par l’accident de la de Fukushima, provoqué par le tsunami de mars 2011, qui avait conduit à l’arrêt de tout le parc japonais. Dans les mois qui ont suivi, le Japon a fait des efforts de réduction de consommation sans équivalent dans le monde : moins de trains, des coupures de courant programmées, des restrictions obligatoires pour les industries, des horaires de travail aménagés, des appels au civisme, etc.

Malgré ces efforts, l’arrêt du nucléaire a eu pour effet :
  • De faire exploser le déficit commercial du pays obligé d’importer charbon et hydrocarbures.
  • De renchérir le coût de l’électricité pour les ménages et les entreprises (qui ont perdu en compétitivité).
  • D’augmenter les émissions de CO2, qui ont connu un pic en 2013 et ont juste retrouvé en 2019 leur niveau de 2009.

 

Les objectifs climatiques 

Malgré l’accident de Fukushima, le Japon relance progressivement sa filière nucléaire.

 Tout comme l’Union européenne, le Japon veut atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 (pas plus d’émissions de CO2 qu’on ne peut en capter).

Pour passer d’un très carboné à une situation de , le Japon a défini un certain nombre de voies, qui impliquent de spectaculaires avancées technologiques, poursuivant ainsi la tradition japonaise :

  • La remise en fonctionnement de son parc nucléaire de 33 réacteurs (dont 9 avaient déjà retrouvé leur activité en 2019), avec la recherche de nouvelles génération plus sûres et performantes.
  • Le développement de toutes les énergies renouvelables possibles.
  • Le captage du CO2 à la sortie des centrales thermiques, son stockage et sa réutilisation sous toutes les formes possibles.
  • L’amélioration systématique de l’ , là aussi grâce aux technologies. La consommation énergétique a baissé de 16 % entre 2010 et 2020.
  • La marche rapide vers une société de l’hydrogène, permettant d’utiliser cette nouvelle énergie à grande échelle dans l’industrie, les transports, l’habitat.

Les contraintes des énergies renouvelables

Le Japon prévoit d’ici 2030 une forte augmentation de l’exploitation de la (+200 %), de la et de l’éolien (+300 %) et surtout du solaire photovoltaïque (+600 %).

Mais le pays se heurte à des difficultés. Pour des raisons historiques, le réseau électrique ne fonctionne pas à la même fréquence à l'ouest et à l'est du pays, ce qui ne facilite pas l'optimisation du système.

La rareté de l’espace géographique n’est pas propice aux grands parcs solaires et éoliens. Le Japon a longtemps été, avant même l’Allemagne, le leader mondial du photovoltaïque. Dès 1994, les autorités avaient mis en place un dispositif de soutien à la filière en favorisant les installations sur les toits des bâtiments. Le Japon a aussi lancé des innovations originales comme la construction de centrales solaires flottantes sur les lacs et pièces d’eau. En matière d’éolien, le pays mise sur les éoliennes off-shore flottantes. 

 

Sources :

1 Voir le Rapport de l’Agence internationale de l’énergie – Japan 2021

 

Economies et politiques énergétiques

Tout voir