Je découvre
Imprimer

Décryptages

Le Japon se tourne de nouveau vers le nucléaire

L’accident de la centrale de Fukushima en mars 2011 avait conduit le Japon à arrêter les 54 réacteurs de son parc nucléaire. Le coût des importations d’énergies fossiles, l’envolée des prix de l’électricité et les impératifs de la lutte contre le réchauffement climatique ont conduit en 2012 le gouvernement à enclencher un plan de réouverture des centrales, même si le Japon ne retrouvera pas son niveau d’avant Fukushima. Un réacteur de la centrale de Sendai, le premier sur les 43 pouvant encore redémarrer, a été réactivé en août 2015.

Des techniciens redémarrent en août 2015 le réacteur n° 1 de la centrale de Sendai, à 1 000 km au sud-ouest de Tokyo, sur l’île de Kyushu. © AFP PHOTO - JIJI PRESS JAPAN OUT

Avant l’accident de Fukushima, l’énergie nucléaire assurait près d’un tiers de la production électrique du Japon, faisant de ce pays la troisième puissance installéeLa puissance électrique installée représente la capacité de production électrique d'un équipement... du monde, après les États-Unis et la France. Le gouvernement envisageait même d’augmenter la production d’électricité d’origine nucléaire pour porter sa part à 50 %. Trois réacteurs étaient alors en construction.  

A la suite du séisme et du tsunami qui ravagèrent l’archipel nippon le 11 mars 2011, et qui provoquèrent l’accident de la centrale de Fukushima, les 54 réacteurs du pays ont progressivement été arrêtés. En septembre 2012, le gouvernement dirigé par le Parti démocrate du Japon (PDJ) annonçait l’abandon du nucléaire d’ici trente ans. Pour compenser la perte de production d’électricité, le Japon, qui ne dispose pas de ressource énergétique exploitable à grande échelle, a renforcé les économies d’énergie, développé les énergies renouvelablesOn appelle énergie renouvelable une source d'énergie dont le renouvellement naturel est immédiat ou très rapide... (ENR) et augmenté ses importations d’énergies fossiles (charbon, pétrolePétrole non raffiné. et gaz). La part du charbon dans le mix électriqueLe mix électrique représente les proportions de chacune des filières de production électrique : nucléaire, thermique... est passée de 25 % en 2010 à 31 % en 2014 et celle du pétrole de 8 à 11 %. Le gaz naturel a connu la plus forte progression : 29 % en 2010, 46 % en 2014. Soit au total une électricité produite à 88 % par les énergies fossiles.

Cette explosion des importations a lourdement pesé sur l’économie et sur la facture d’électricité des ménages et des entreprises (+ 30 % depuis 2011). En outre, les émissions de CO2Dioxyde de carbone. Avec la vapeur d'eau, c’est le principal gaz à effet de serre (GES) de l'atmosphère terrestre... ont augmenté de 10 %, conduisant le Japon à abandonner les objectifs du Protocole de KyotoLe Protocole de Kyoto est un traité international organisé dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques...

88 % : la part des énergies fossiles dans le mix électrique du Japon après Fukushima  

Été 2015 : réouverture d’un réacteur de Sendai

En décembre 2012, le PDJ perd les élections et le nouveau gouvernement du Parti libéral-démocrate (PLD), dirigé par Shinzō Abe, fait du redémarrage du nucléaire l’un des piliers de sa politique, malgré une population majoritairement réticente selon les sondages. Pour y parvenir, l’Autorité japonaise de sûreté nucléaire (NRA) a été réformée et rendue indépendante vis-à-vis des entreprises du secteur et du pouvoir politique. Des normes de sécurité renforcées ont été adoptées et imposées aux opérateurs japonais. Enfin, la décision de reprise d’activité d’une centrale doit être prise à la fois par le NRA et les autorités locales, avec des votes par les assemblées préfectorales et municipales et une consultation des populations, mais sans referendum direct.

Le 14 août 2015, le réacteur no 1 de la centrale de Sendai a produit à nouveau de l’électricité. En octobre, la seconde unité de la centrale devait elle aussi être raccordée au réseau. Plus de 100 millions de dollars auront été nécessaires pour mettre le premier réacteur aux nouveaux standards de sûreté. La menace du volcan Sakurajima, à 60 km de là, a conduit à des procédures qui permettraient d’arrêter le réacteur et de mettre le combustibleUn combustible désigne tout composant ou matière solide, liquide ou gazeux susceptible de se combiner à un oxydant... à l’abri en cas d’éruption.

L’énergie nucléaire devrait fournir entre 20 et 22 % de l’électricité du Japon d’ici 2030.

La production d’électricité en 2030

La politique énergétiqueLa politique énergétique d'un pays est l'ensemble des orientations et décisions prises en matière de production et de consommation d'énergie... du Japon souhaite répondre à un double défi : relancer l’économie et réduire les émissions de gaz à effet de serrePhénomène naturel permettant un accroissement de la température de l'atmosphère d'une planète grâce à la présence de certains gaz... de 26 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2013 (donc une date post-Fukushima). Pour y parvenir, l’énergie nucléaire devra fournir entre 20 et 22 % de l’électricité du pays et les énergies renouvelables entre 22 et 24 %.  

Pour l’atomeL'atome est le constituant fondamental de la matière, la plus petite unité indivisible d'un élément chimique..., cela équivaut au redémarrage d’une quinzaine de réacteurs. Ce niveau pourrait être atteint en trois à cinq ans avec le redémarrage d’un réacteur tous les deux ou trois mois. Cependant, tous ne redémarreront pas. Les exploitants des centrales préfèrent investir dans la rénovation des réacteurs les plus puissants et les moins anciens. En plus des six réacteurs définitivement condamnés sur le site de Fukushima, ils ont décidé d’arrêter définitivement cinq réacteurs supplémentaires répartis sur divers sites. Le traitement des déchets nucléaires est également un problème clé, avec de multiples aspects. Il y a d’abord la gestion très difficile de ceux résultant de l’accident de Fukushima, ensuite le stockage du plutonium et de l’uraniumMétal gris, très dense et radioactif, l'uranium est un élément relativement répandu dans l'écorce terrestre et l'eau des océans... générés par les centrales. Il reste aussi à préciser la politique de retraitement des déchets : le centre de retraitement de Rokkasho n’est toujours pas en opération.

En ce qui concerne les énergies renouvelables, le Japon a été en 2014 le deuxième investisseur mondial du secteur, après la Chine. Symbole de cette ambition, plus de 20 GW de projets solaires photovoltaïques ont été mis en œuvre depuis 2012. Actuellement, les ENR produisent 12 % de l’électricité de l’Archipel (9 % provenant de l’hydroélectricité).