Dossier : L’Afrique et l’énergie : étude de cas de quatre pays

4 contenus dans ce dossier

Je découvre
Imprimer

Décryptages

L’Afrique du Sud : sortir de l’emprise du charbon

Après quelques années de croissance ralentie, l’Afrique du Sud est, selon le Fonds monétaire international (FMI), redevenue en août 2016 la première économie du continent, devant le Nigéria, trois fois plus peuplé qu’elle. Le pays présente de bonnes performances : sa démographie est maintenant contrôlée, son taux de scolarisation est le meilleur de l’Afrique sub-saharienne, son attractivité des investissements étrangers est la meilleure du continent, l’accès à l’électricité de sa population est selon les statistiques assuré à 85 %1.

L'Afrique du Sud est la première économie d'Afrique, mais la production électrique dépend à plus de 90 % du charbon. ©MUJAHID SAFODIEN / AFP

Dans le domaine de l’énergie, l’Afrique du Sud est un géant qui absorbe près de 30 % de la consommation d’énergie de toute l’Afrique, alors que sa population (55,4 millions) représente 4,6 % de la population du continent2. Son parc automobile est le plus développé du continent : il compte 180 voitures pour 1 000 habitants alors que le taux du Maghreb ne vient que de dépasser 100 et que le taux moyen en Afrique est de 443. La consommation finale de produits pétroliers a d’ailleurs augmenté de 20 % de 2004 à 2014.

85 % : la part de la population sud-africaine qui a accès à l’électricité, mais dans de mauvaises conditions de distribution.

Un parc électrique vétuste, une domination du charbon

Mais l’Afrique du Sud affiche deux points faibles :

  • Faute d’investissements suffisants, son parc électrique est vétuste (un tiers est généralement à l’arrêt) et les réseaux sont en permanence au bord de la saturation. Face à une demande en forte croissance, la société publique d’électricité Eskom est contrainte à pratiquer de très nombreux délestages. Au-delà des problèmes posés aux citoyens, surtout les plus pauvres, cette situation handicape gravement l’activité industrielle, au point de coûter au pays 1 point de croissance annuel, selon le gouvernement lui-même.
  • Comme la Chine ou l’Inde, l’Afrique du Sud dépend d’une source dominante d’énergie, le charbon, qui assure 92 % de sa production d’électricité. Le pays est le 7e producteur mondial et possède 95 % des réserves de l’Afrique. L’Afrique du Sud exporte même le quart de sa production, essentiellement vers l’Inde. Mais l’industrie minière est peu performante, avec des grèves répétées et un recul de la compétitivité. Pour accroître la production électrique, Eskom a engagé en 2008 la construction de deux énormes centrales à charbon, à Medupi et à Kusile, de 4 800 MW chacune. Mais les chantiers n’étaient pas terminés fin 2016 et les coûts initiaux ont été largement dépassés.

Une diversification difficile

La diversification des sources d’énergie n’est pas facile pour l’Afrique du Sud. Elle ne produit quasiment pas de brut (pétrole)Pétrole non raffiné. ni de gaz. Pendant la période de l’apartheid, les autorités produisaient des carburantsUn carburant est un combustible liquide (comme l'essence), gazeux (comme le GPLc) ou solide (comme un propergol)... à partir du charbon (par le procédé Fischer-TropschProcédé chimique inventé en Allemagne en 1923, permettant la conversion de charbon ou de gaz en hydrocarbures liquides...) en raison de l’embargo qui était imposé au pays par la communauté internationale. Quant au gaz, l’Afrique du Sud l’importe de son voisin, le Mozambique.

La situation pourrait changer si les réserves en gaz de schisteLes gaz de schiste (ou shale gas) sont situés dans des roches sédimentaires argileuses enfouies à de grandes profondeurs..., que des études américaines considèrent très vastes, se confirmaient et si le pays décidait de l’exploiter4. Le gouvernement a annoncé en mars 2016 le début de l’exploration dans les prochains mois et plusieurs sociétés internationales ont manifesté leur intérêt. Mais les estimations de ressources en gaz de schiste sont toujours incertaines et les coûts économiques de l’extraction n’ont pas été estimés. Comme dans d’autres pays, un débat s’est engagé sur les dangers de la fracturation hydrauliqueSynonyme de fracturation artificielle. pour les ressources en eau dans une région, le Karoo, qui est semi-désertique.

L’Afrique du Sud dépend encore largement du charbon qui assure plus de 90 % de sa production électrique.

Renouvelables et nucléaire

Le pays n’a investi dans les energie renouvelableOn appelle énergie renouvelable une source d'énergie dont le renouvellement naturel est immédiat ou très rapide... que récemment. Quasiment nulles en 2013, les capacités installées en énergie éolienne ont dépassé 1 000 MW fin 2015. Le solaire photovoltaïque a connu la même progression, de 40 MW fin 2012 à 1 120 MW fin 2015. À titre de comparaison, la capacité photovoltaïque en France a été de 6 200 MW à la même date.

En matière d’hydroélectricité, l’Afrique du Sud s’intéresse au projet « Grand Inga », en République démocratique du Congo. Le site d’Inga, qui comprend plusieurs barrages, aurait, s’il est étendu, une capacité considérable de 40 000 MW. Sa production pourrait être exportée vers de nombreux pays d’Afrique, au nord et au sud. Pour assurer sa viabilité financière, l’Afrique du Sud a promis en 2013 d’acheter la moitié de la production d’électricité du futur barrage Inga III (2 500 MW).

Pour diversifier son énergie, l’Afrique du Sud compte aussi sur le nucléaire. Elle exploite déjà la seule centrale nucléaireInstallation industrielle permettant de mettre en œuvre de manière contrôlée la fission de noyaux atomiques pour produire de la chaleur... du continent, à Koeberg, près du Cap. Ses deux réacteurs, construits dans les années 1980 par Framatome (devenu AREVA), permettent de fournir 5 % de l’électricité du pays. Le gouvernement a annoncé des projets portant sur six à huit nouveaux réacteurs à l’horizon 2025, qui lui assureraient près de 10 000 MW supplémentaires. Plusieurs pays sont en lice, notamment la Russie, la Chine et la France.

 

Sources : 

(1) Données économiques - Banque Mondiale

(2) Statistiques énergie - AIE (en anglais uniquement)

(3) Statistiques mondiales sur l‘automobile (OICA) (en anglais uniquement)

(4) Energy Information Agency (USA) (en anglais uniquement)