Les dépêches dans le monde

Novatek: le bénéfice net renoue avec une légère croissance en 2018

Le numéro deux du gaz russe, le groupe privé Novatek, a annoncé mercredi un bénéfice net en légère hausse en 2018 grâce notamment à la mise en service de l'usine de gaz naturel liquéfié Yamal, dont les coûts de démarrage avaient plombé les comptes en 2017.

Le bénéfice net du groupe s'est établi l'an dernier à 163,7 milliards de roubles (2,2 milliards d'euros au taux actuel), soit une hausse de 4,7% par rapport à 2017.

Selon un communiqué, les bénéfices ont subi l'impact "significatif" des effets de taux de change sur les emprunts du groupe: "l'effet des différences de taux de change était moins important en 2017".

Hormis ces éléments exceptionnels, le bénéfice net normalisé a augmenté de 42,9% par rapport à 2017, à 232,9 milliards de roubles (3,1 milliards d'euros), selon les chiffres présentés par Novatek.

Le chiffre d'affaires a pour sa part bondi de 42,6% à 831,8 milliards de roubles (11,2 milliards d'euros).

Cette hausse est due notamment au démarrage du projet Yamal LNG, une gigantesque usine de liquéfaction de gaz naturel qui associe Novatek au groupe français Total dans l'Arctique.

Novatek évoque également "un environnement macro-économique favorable avec des prix en hausse" pour le GNL.

Les ventes de gaz ont augmenté de 11,0% à 72,1 milliards de m3 par rapport à 2017, tandis que celles de liquides sont restées presque stables, diminuant de 0,7% à 15,8 millions de tonnes.

Au-delà du démarrage des trois trains de production de Yamal, l'année a été marquée par l'acquisition de plusieurs champs gaziers fin 2017 et début 2018, ce qui a eu pour conséquence l'augmentation de 8,5% de la production de GNL.

En septembre, Novatek a annoncé le développement avec l'agence nucléaire russe Rosatom d'une flotte de brise-glace carburant au GNL afin de soutenir ses projets situés dans la zone du passage du Nord-Est, un raccourci maritime rendu accessible par le réchauffement climatique.

apo/pop/evs

NOVATEK

TOTAL