Les dépêches dans le monde

Recyclage: un comité de filière sur les rails en attente de moyens

Les professionnels du secteur des déchets ont insisté vendredi sur la nécessité pour l'Etat de créer les moyens économiques et réglementaires afin d'améliorer le traitement des déchets en France, à l'occasion de la signature d'un contrat stratégique dédié à cette filière.

"Dans la transformation de nos métiers, il nous faut de l'ambition (...) et des finances... celles que j'espère vous nous donnerez", a déclaré Jean-Louis Chaussade, président du Comité stratégique de la filière "Transformation et valorisation des déchets", lors de la signature de ce contrat.

Il s'adressait aux secrétaires d'Etat à la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, et à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, qui représentaient le gouvernement, autre partie prenante de ce contrat.

Ce dernier, fruit de plusieurs mois de concertation, vise à lever les freins au développement du recyclage des déchets, alors que la France veut diviser par deux les volumes mis en décharges d'ici à 2025 et recycler à cet horizon 100% des plastiques.

Les signataires - Etat et entreprises - se sont engagés à travailler en particulier sur l'incorporation de matières premières recyclées dans les produits finis, la recyclabilité des produits mis sur le marché en collaboration avec leurs fabricants, la robotisation des centres de tri pour les rendre plus efficace ou encore la création d'une filière de valorisation énergétique des déchets solides non recyclables.

Atteindre les objectifs que s'est fixée la France "implique des investissements considérables", évalués par les professionnels à plus de 4 milliards d'euros, a ajouté M. Chaussade.

Les entreprises sont prêtes à prendre leur part, mais elles ont besoin d'un cadre économique et réglementaire favorable, a-t-il insisté.

Avec la division par deux de la mise en décharge, 8 millions de tonnes de déchets supplémentaires vont en effet devoir être pris en charge par les filières de collecte et de traitement.

La future loi sur l'économie circulaire, en cours de préparation, doit contenir des mesures pour améliorer la collecte et le recyclage, par exemple un bonus-malus sur l'incorporation de plastiques recyclés dans les produits.