Les dépêches dans le monde

Macron rencontrera Trump et Rohani en marge de l'AG de l'ONU

Le président Emmanuel Macron rencontrera ses homologues américain Donald Trump lundi et iranien Hassan Rohani mardi à New York en marge de la 73e Assemblée générale de l'ONU, a annoncé mercredi l'Élysée.

"Il est prévu qu'il rencontre Donald Trump (dès son arrivée lundi dans l'après-midi à New York) et dîne avec le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres" lundi soir, a précisé l'Élysée.

Mardi, Emmanuel Macron prendra la parole en fin de matinée à la tribune de l'Assemblée générale avant une série d'entretiens bilatéraux, notamment avec Hassan Rohani, ainsi que "très probablement" le président turc Recep Tayyip Erdogan et "peut-être" le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Il pourrait aussi rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avant son départ mercredi pour les Antilles. Et s'entretiendra avec le nouveau président colombien Ivan Duque, très critique à l'égard de l'accord de paix signé en 2016 entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC et dont la France est l'un des pays cogarants.

Avec Donald Trump, le président français abordera la situation en Syrie ainsi que la "stratégie américaine" à l'égard de l'Iran après le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien en mai et le rétablissement de lourdes sanctions à l'encontre de Téhéran.

"On voit bien aujourd'hui que c'est une stratégie de pression maximale. Mais avec quel calendrier, quel objectif véritable, à travers quelles incitations ?", s'est-on interrogé à l'Élysée.

L'administration américaine assure vouloir obtenir un changement de politique de l'Iran - jugé trop omniprésent dans la région, par milices interposées, du Liban au Yémen - et non de régime.

La présence de Donald Trump au Forum sur la Paix, prévu le 11 novembre à Paris à l'occasion du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, sera également évoquée. "On souhaite que le président (américain) soit là", a souligné l'Élysée, en rappelant que pour l'heure il avait donné une "réponse positive" à l'invitation de son homologue français.

Les deux dirigeants parleront aussi de questions transatlantiques et commerciales. Emmanuel Macron présentera à cette occasion "un agenda de modernisation de l'Organisation mondiale du Commerce" (OMC) dont il espère discuter en marge du Forum sur la Paix en novembre à Paris.

Avec Hassan Rohani, Emmanuel Macron rappellera l'importance pour Téhéran de rester dans l'accord sur le nucléaire iranien, malgré le retrait américain, et évoquera avec lui une série de "sujets de préoccupation" dans la région (Yémen, Syrie, Liban).

Un "dialogue" se poursuit par ailleurs avec l'Iran concernant la nomination d'un nouvel ambassadeur de France à Téhéran, a indiqué l'Élysée, sans vouloir confirmer un gel de cette nomination, comme l'évoque mercredi le quotidien français Le Figaro, après un projet d'attentat fin juin contre un rassemblement de l'opposition iranienne, les Moudjahidine du peuple (MEK), à Villepinte, près de Paris.

Un diplomate iranien a été interpellé en Allemagne en raison de ses liens présumés avec des suspects arrêtés en Belgique.

"Nous sommes en train de travailler ensemble pour éclaircir tout ce qu'il s'est passé autour de cet événement de Villepinte", a-t-on souligné à l'Élysée.

"Téhéran nous a promis des éléments objectifs qui permettront de poursuivre nos relations diplomatiques telles qu'elles existent aujourd'hui dans les prochaines semaines", a-t-on ajouté de même source.

A la tribune de l'ONU, le président Macron, dont le pays présidera en 2019 le G7 des pays les plus industrialisés, mettra l'accent sur la "promotion d'un multilatéralisme fort", renforçant "les règles collectives sur tous les grands enjeux mondiaux".

Il participera mardi à une réunion sur la réforme des opérations de maintien de la paix de l'ONU (100.000 Casques bleus, 14 grandes opérations), confrontées à d'importants "défis budgétaires et sécuritaires".

Il assistera également mardi à une réunion du Partenariat mondial pour l'Éducation, qui va se voir octroyer 2,5 milliards de dollars pour les trois prochaines années, et au sommet One Planet sur le climat mercredi, a précisé l'Élysée.