Dossiers

Qui produit et qui consomme du pétrole ?

Un homme fait le plein d'un avion
© DUFOUR MARCO / TOTAL

Le pétrole est la source d’énergie la plus consommée dans le monde. La consommation de pétrole est tirée par les besoins des pays émergents, en particulier dans le secteur des transports et de la pétrochimie. Les réserves de pétrole sont principalement détenues par les pays de l’OPEP, qui sont les premiers producteurs mondiaux. 

illust chart

La consommation mondiale de pétrolePétrole non raffiné. a continué à connaître une solide croissance : +1,8 % de 2016 à 2017, après +1,6 % de 2015 à 2016 et +1,9 % de 2014 à 2015. Sur dix ans, la croissance moyenne annuelle est de 1,2 %. À ce rythme, la consommation pourrait passer le seuil symbolique de 100 millions de barils par jour en 2019.


La Chine (+4 %) et l’Inde (+2,9 %) sont les locomotives de ce mouvement de hausse. Parmi les pays industrialisés de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), l’Allemagne enregistre une forte hausse, qui est plus modérée pour la France, les États-Unis et le Canada. Le Japon enregistre une baisse, due notamment au développement des énergies renouvelablesOn appelle énergie renouvelable une source d'énergie dont le renouvellement naturel est immédiat ou très rapide..., à la relance du nucléaire et aux efforts du pays pour une meilleure efficacité énergétiqueEn économie, l'efficacité énergétique désigne les efforts déployés pour réduire la consommation d'énergie d'un système....

 

 

Lire la suite
illust chart

L’élément marquant de l’année 2017 a été la reprise à la hausse des cours du barilUnité de mesure de volume de pétrole brut qui équivaut à environ 159 litres (0,159 m3)..., dont la moyenne s’est établie à 54,2 dollars, contre 43,7 dollars en 2016. Il s’agit de la première hausse annuelle depuis 2012. 


Le prix du pétrolePétrole non raffiné. a notamment été soutenu par la réussite des accords entre pays exportateurs de pétrole (organisation des pays exportateurs de pétrole (opep)Créée en 1960, l’Opep regroupe 12 pays membres (l'Algérie, l'Angola, l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, l'Equateur, l'Iran, l'Irak...) et certains pays en dehors de l’Opep, comme la Russie. Ces accords, mis en place fin 2016, reconduits en 2017, et qui s’appliqueront aussi en 2018, ont introduit des quotas pour plafonner la production de pétrole. L’effondrement de la production du Venezuela (-11,6 %), du en particulier aux troubles politiques, a contribué involontairement à ce soutien du prix du baril. 


La production des États-Unis est toujours dopée par les gisementsUn gisement est une accumulation de matière première (pétrole, gaz, charbon, uranium, minerai métallique, substance utile…)... de pétrole de schiste. La forte et solide production de ceux-ci est devenue un phénomène structurel, qui ne dépend plus beaucoup des aléas du prix du baril.


Enfin, les investissements dans l’exploration-production qui avaient diminué de moitié en 2015 et 2016, sont repartis à la hausse (+4 % en 2017).

 

Lire la suite
illust chart

L'estimation des réserves de pétrolePétrole non raffiné. correspond à la quantité de pétrole économiquement exploitable à un moment donné. Les réserves estimées ont très peu varié entre 2016 et 2017 et la hiérarchie des pays n’a pratiquement pas été modifiée. Le « top 5 » reste constitué du Venezuela, de l’Arabie Saoudite, du Canada, de l’Iran et de l’Irak.

Lire la suite