Dossier : L'énergie en France

3 contenus dans ce dossier

J'approfondis

Décryptages

Les grands équilibres énergétiques de la France

Le paysage énergétique de la France est en perpétuelle évolution depuis des décennies. Marqué d’abord par le charbon, puis par le pétrole, il a enregistré une mutation dans les années 1970 avec le développement massif du nucléaire et dans les années 1990 avec le recours croissant au gaz naturel. Il connaît une nouvelle transition avec l’essor des énergies renouvelables et les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Image du prototype français d'éolienne flottante, Floatgen,  inauguré en octobre 2017 dans le port de Saint-Nazaire, avant d'être tracté au large.
La France est en pointe dans l'éolien flottant : ici le protoype de Floatgen, inauguré en octobre 2017 dans le port de Saint-Nazaire, sur la côte atlantique, avant d'être tracté au large pour être testé. ©LOIC VENANCE / AFP

Le tournant de 1973

Après une prédominance du charbon jusque dans les années 1920, le panorama énergétique de la France a progressivement été dominé par le pétrolePétrole non raffiné.. Au début des années 1970, ce dernier assurait près des deux tiers de la consommation d’énergie primaireL’énergie primaire désigne l’ensemble des sources d’énergie non transformées, c’est-à-dire à l’état naturel.... Lors du premier choc pétrolierUn choc pétrolier est causé par une pénurie de pétrole réelle, anticipée ou spéculative... de 1973, le quadruplement du prix du barilUnité de mesure de volume de pétrole brut qui équivaut à environ 159 litres (0,159 m3)... et les incertitudes sur les approvisionnements pétroliers du Moyen-Orient ont incité le gouvernement français à lancer un programme de nucléaire civil pour réduire la dépendance énergétique de la France.

 

45 % : la part du résidentiel et du secteur tertiaire dans la consommation finale d’énergie en 2015 en France.

Parallèlement à l’arrêt complet de la production charbonnière (dans le Nord-Pas-de-Calais en 1990 puis en Lorraine en 2004), le déploiement du parc nucléaire jusqu’à 58 réacteurs a permis peu à peu d’assurer les trois quarts de la production électrique. Celle-ci a elle-même été multipliée par près de 4 entre 1970 et 2015, avec un usage en forte progression dans le résidentiel, le tertiaire et l’industrie.

La consommation de pétrole s’est réduite de 35 % entre 1973 et 2015, tandis que celle du gaz a triplé. Depuis 1957, la France produisait du gaz naturel, dans le bassin de Lacq, qui répondait en grande partie aux besoins nationaux. À la suite de la baisse progressive de la production du gisementUn gisement est une accumulation de matière première (pétrole, gaz, charbon, uranium, minerai métallique, substance utile…)..., à partir de 1983, la France a importé le gaz, en diversifiant ses sources, faisant appel notamment à la Norvège, l’Algérie et la Russie.

Depuis le début du siècle, la France a engagé une nouvelle transition énergétiqueLa transition énergétique désigne le passage du système actuel de production d'énergie..., pour diversifier ses sources de production et développer les énergies renouvelablesOn appelle énergie renouvelable une source d'énergie dont le renouvellement naturel est immédiat ou très rapide.... Voir le décryptage "La transition énergétique française".

Le panorama énergétique aujourd’hui

Selon les chiffres consolidés de 20151, la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine se répartit entre 42 % de nucléaire (avant pertes thermiques), 30 % de pétrole, 14 % de gaz, 3 % de charbon importé et 9,4 % d’énergies renouvelables. La première source d’énergie renouvelable est le bois-énergie (3,8 %). Il est utilisé dans l’industrie, le chauffage urbain et domestique. Derrière, viennent l’hydraulique (1,8 %), les biocarburantsUn biocarburant est un carburant produit à partir de matières végétales ou animales... (1,2 %), l’éolien (0,7 %). Le solaire représente 0,3 %. Voir l’infographie animée "D'où provient l'énergie consommée par les français"

En ce qui concerne la production électrique, l’énergie nucléaire reste très dominante, même si sa part est en baisse sur la période 2014-2017 (de 77 à 72 % environ). L’énergie hydraulique est très dépendante des variations climatiques et se situe entre 10 et 14 % selon les années. L’éolien et le solaire progressent pour atteindre environ 6 % à eux deux. Voir les chiffres de 2017 ci-dessous.

 

Les sources de la production d'électricité en France en 2017

Graphique 1 : Sources de la production d'électricité en 2017 - source RTE Bilan 2017

 

En raison de la chute des cours des hydrocarburesLes hydrocarbures sont des composés chimiques dont les molécules sont constituées d'atomes de carbone et d'hydrogène... depuis 2014, la facture énergétique de la France s’est fortement réduite : elle est passée d’un niveau record de plus de 70 milliards d’euros en 2012 à moins de 40 milliards d’euros en 2015. 

Les grands secteurs de consommation

La consommation de pétrole en France a baissé de 35 % entre 1973 et 2015, tandis que celle du gaz a triplé.

La consommation d’énergie primaire a régulièrement augmenté jusqu’en 2005 puis s’est légèrement repliée depuis dix ans, suivant à la fois les évolutions de l’activité économique du pays et les progrès de l’efficacité énergétiqueEn économie, l'efficacité énergétique désigne les efforts déployés pour réduire la consommation d'énergie d'un système.... L’essentiel de cette consommation se répartit entre trois grands secteurs (hors agriculture et forêts) :

  • Le secteur résidentiel et le tertiaire (services et bureaux) : en 2015, il représente 45 % de la consommation finale. C’est à peu près le même niveau qu’au début des années 2000, alors que le mouvement était auparavant à la hausse (+1,1 % par an en moyenne dans les années 1990). La consommation des énergies renouvelables dans ce secteur a progressé de 4 % en moyenne par an depuis 2006.
  • Les transports : avec 33 % en 2015, la part des transports a beaucoup progressé par rapport à 1973, quand elle n’était que de 20 %. Mais là aussi, grâce notamment aux améliorations des moteurs et des carburantsUn carburant est un combustible liquide (comme l'essence), gazeux (comme le GPLc) ou solide (comme un propergol)... et à l’évolution des réglementations, la première décennie du siècle (avec une part des transports en baisse de -0,2 % par an en moyenne entre 2003 et 2013) a marqué un réel progrès par rapport aux trois décennies précédentes (+2,8 % par an en moyenne). Les carburants issus du pétrole restent largement prépondérants, même si les biocarburants atteignent 6 % du mix en 2015.
  • L’industrie : c’est le secteur où la baisse de consommation est la plus spectaculaire (de 36 % de la consommation finale en 1973 à 19 % en 2015). L’évolution de la structure de l’industrie, l’activité économique et les progrès de l’efficacité énergétique en sont les principales causes. Conformément à l’évolution générale, le secteur industriel est, sur cette période, passé d’un usage prépondérant du pétrole et du charbon à un usage du gaz et de l’électricité.

 

 

Source :

(1) Chiffres clés de l'énergie édition 2016, Data Lab.