Dossier : L'Allemagne et l'énergie

3 contenus dans ce dossier

Je maîtrise

Décryptages

Les défis de l’Energiewende

Engagée dans une politique énergétique volontariste, l’Energiewende, l’Allemagne doit faire face à de multiples défis si elle veut réussir sa transition. Elle doit « sortir du charbon » après avoir décidé de sortir du nucléaire si elle ne veut pas aggraver ses émissions de CO2. Elle doit réorganiser son réseau électrique à l’échelle du pays et trouver des solutions au stockage de son électricité renouvelable. Elle doit aussi réduire sa dépendance au gaz russe. Enfin elle doit réorienter de puissantes industries, comme l’automobile, pour moins dépendre des importations de pétrole.

Image d'une excavatrice géante dans la mine de lignite à ciel ouvert de Garzweiler en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne).
Réduire la part du charbon dans la production d'électicité est un défi de l'Energiewende. Ici la mine de lignite de Garzweiler, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. ©PATRIK STOLLARZ / AFP

Des objectifs climatiques encore non réalisés

L’Allemagne est l’un des pays d’Europe les plus émetteurs en CO2Dioxyde de carbone. Avec la vapeur d'eau, c’est le principal gaz à effet de serre (GES) de l'atmosphère terrestre... par habitant (11,45 tonnes, contre 7,22 en France, selon les dernières comparaisons)1. Le mix électriqueLe mix électrique représente les proportions de chacune des filières de production électrique : nucléaire, thermique... allemand reste très carboné - 500 grammes de CO2/kWh contre 80 en France en 2014.

Selon les projections du gouvernement lui-même2, l’Allemagne manquera de 5 à 8 points son objectif de réduction de 40 % des gaz à effet de serrePhénomène naturel permettant un accroissement de la température de l'atmosphère d'une planète grâce à la présence de certains gaz... entre 1990 et 2020, une ambition qui était le double de celle de l’Union européenne. Le nouvel accord de gouvernement conclu en février 2018 entre les chrétiens-démocrates et les socio-démocrates a réaffirmé l’objectif de 2030 (-55 % au minimum).

Les émissions de CO2 en Allemagne avaient d’abord été marquées par de très fortes baisses après 1990. Ce mouvement était en fait facilité par l’intégration, à partir de cette date, de l’ancienne Allemagne de l’Est (la RDA communiste) qui avait une industrie très polluante. Sa modernisation très rapide a permis d’enregistrer une chute spectaculaire des émissions par rapport aux niveaux de 1990. Puis la crise économique mondiale à partir de 2008 a elle aussi facilité une tendance à la baisse. Mais les émissions sont reparties à la hausse en 2012 et 2013 puis, comme d’autres pays européens dont la France, en 2015 et 2016.

Le charbon est-il responsable ?

Selon le ministère allemand, cette tendance est essentiellement imputable au secteur de l’habitat (avec des hivers rigoureux) et des transports (notamment automobile), et non pas à ce qui serait un « retour du charbon ». L’arrêt brutal de réacteurs nucléaires en 2011 avait effectivement correspondu à une hausse de la consommation de charbon, dont la part dans la production électrique avait culminé à plus de 45 % en 2013. Mais elle est depuis retombée à 37 % en 20173.

Il n’empêche que le charbon est responsable d’environ 25 % des émissions totales de l’Allemagne, même si le pays tente de réduire son utilisation et d’installer des nouvelles centrales moins polluantes (comme celle de 1,6 GW à Moorburg près de Hambourg). La combustion du charbon, et notamment du ligniteRoche intermédiaire entre tourbe et charbon, composée à 70 / 75 % de carbone..., présente de sérieux dangers pour la santé en raison de la pollution atmosphérique qu’elle provoque. Selon une étude de quatre ONG4, en 2013 plus de 22 900 décès prématurés ont été imputés en Europe aux pollutions créées par l’utilisation du charbon dans les pays de l’Union européenne (notamment en Allemagne, en Pologne, au Royaume-Uni et en Espagne).

65 % : le nouvel objectif fixé par l’Allemagne pour la part des énergies renouvelables dans la consommation électrique en 2030 (un tiers aujourd’hui).

La maîtrise de la production électrique

Le recours massif aux énergies renouvelablesOn appelle énergie renouvelable une source d'énergie dont le renouvellement naturel est immédiat ou très rapide... présente deux enjeux :

Une solution, en Allemagne comme dans tous les pays, est de décupler les divers dispositifs de stabilisation du réseau électrique et de stockage de l’électricité. C’est techniquement possible, mais aujourd’hui très coûteux. France et Allemagne ont décidé de coopérer dans la recherche en ce domaine.

La question des coûts

L’essor des énergies renouvelables a eu pour effet, malgré la baisse du coût des systèmes de production (panneaux solaires, technologies éoliennes, etc), d’augmenter le prix de l’électricité pour les petits consommateurs. Il a plus que doublé entre 2000 et 2013. En revanche, le prix de l’énergie pour les industriels a été contenu, signe de l’attention que l’Allemagne porte à la compétitivité de ses entreprises.  Une autre question financière est constituée par les indemnités de quelques milliards d’euros qui devront être versées aux producteurs d’électricité nucléaire. La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a en effet jugé acceptables leurs demandes d’indemnisation par l'État en raison de la fermeture forcée des réacteurs nucléaires.

L’Allemagne manquera de 5 à 8 points son objectif ambitieux de réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2020.

L’avenir de l’industrie automobile

Les transports consomment 30 % de l’énergie finale en Allemagne, essentiellement sous forme d’hydrocarburesLes hydrocarbures sont des composés chimiques dont les molécules sont constituées d'atomes de carbone et d'hydrogène.... Un développement volontariste des véhicules électriques, qui permettrait de rendre le transport moins dépendant des énergies fossiles, risque, comme partout ailleurs, de compliquer les évolutions du secteur automobile, symbole de la « qualité allemande » mais déjà affecté par le recul de la motorisation dieselLe diesel est avant tout le nom d'un moteur à combustion interne fonctionnant par allumage spontané.... La voiture électrique connaît un essor récent en Allemagne, avec environ 58 000 véhicules nouveaux (hybrides rechargeables et tout électrique) vendus en 2017, contre 28 000 vendus en 2016. L’Allemagne est en passe de devenir le troisième marché mondial des véhicules électriques derrière la Chine et les États-Unis.

 

 

Sources :

(1) Eurostat – chiffres 2014

(2) Ministère de l’Economie et de l’énergie

(3) Source AG-Energiebilanzen

(4) Climate Action Network (CAN) Europe, WWF, Health and Environment Alliance (Heal) et Sandbag (juillet 2016)