Dossier : La première édition du concours "Planète Energies Bac Pro"

4 contenus dans ce dossier

Je découvre

Décryptages

Choses vues et entendues pour aider les candidats

Les quelque 30 candidats finalistes du concours Planète Énergies Bac Pro ont connu le stress des grands jours d’examen. Le dernier briefing des professeurs, l’attente devant la porte de la « Commission 4 », où siégeait le jury, la séance de présentation debout devant l’écran de projection des power-points et des vidéos, le jeu des questions- réponses, l’attente finale des décisions du jury. Beaucoup de paroles échangées pendant toute une journée, d’où émergent quelques idées sur ce qu’il faut faire et ne pas faire. Autant de conseils utiles pour les futurs candidats de la 2eme édition du concours…

Entrée Michelet pour Concours Bac Pro
©Alexandre Surre

L’implication personnelle et collective des candidats

Le jury a plusieurs fois rappelé une évidence : il n’est pas là pour juger les professeurs. Une réponse, même hésitante, tâtonnante ou embrouillée d’un membre de l’équipe a plus de poids que celle, bien construite, du professeur encadrant ! L’autonomie du groupe, et sa cohésion, est également décisive. « On voit qu’ils se regardent les uns les autres avant de répondre. On sent le travail en équipe », note un membre du jury après l’audition d’un lycée.

La préparation, un travail de longue haleine

Plusieurs équipes ont expliqué qu’elles avaient pris l’habitude de se retrouver à chaque moment « creux », après une cantine ou avant un cours ou pendant une « perm ». Que certains pensaient au projet chez eux puis rapportaient à l’équipe l’idée trouvée en solo. Ils acceptaient, disaient-ils, de faire des « heures sup ». C’est plus convaincant pour un jury que de s’entendre dire qu’« on ne pensait pas être finaliste et qu’on a dû finir le projet en catastrophe ». Ou encore qu’« on n’a pas eu beaucoup de temps car il n’y avait que 2 heures de prévues, une semaine sur 2 ».

Surmonter l’angoisse et faire face

« Ce qui nous a surpris, c’est qu’ils soient 8 ! ». Cette réflexion spontanée d’une équipe à la sortie d’une soutenance ne surprend pas leur professeur : « un élève est habitué à être face à un professeur. Ou même quelquefois à un public, s’il fait partie d’un orchestre de jeunes. Mais affronter 8 examinateurs d’un coup, c’est quelque chose de nouveau. Après une telle expérience, ce sera plus facile ».

Dérouler un scénario mais aussi improviser

La bonne rédaction des textes des dossiers était appréciée d’emblée. Et certaines équipes avaient manifestement soigné l’exposé introductif, en formant une véritable « chorale », où chacun avait une chose précise à dire, à un moment donné, avec un bon enchaînement pour lancer le voisin. Mais quand le jury demandait tout à fait à la fin « un mot de conclusion », certains ont été surpris, un peu déstabilisés, mais ont vite improvisé. La préparation soignée n’exclut pas l’esprit de réparti !

Les « plus » dans les projets

Ouvrir des horizons au-delà du projet est un atout. Certaines équipes ont dit vouloir appliquer leur projet à d’autres classes, voire à d’autres lycées, et même en dehors de France. L’adjonction d’une dimension humanitaire (une action au Togo) par l’équipe du lycée Clément Ader a été un élément important dans le choix de leur donner le 1er prix.

Plusieurs équipes ont souligné qu’elles représentaient « toute leur classe » ou que certaines autres classes avaient apporté leur aide. Ce travail en « collectif » est tout à fait dans l’esprit des réformes.

Le « chef d’œuvre » et l’interdisciplinarité

L’idée du concours Planète Energies Bac pro, autour d’un projet collectif, correspond aux réformes des filières pro, avec la notion de « pédagogie de projets » et de « chef d’œuvre ». Celui-ci, réalisé sur deux ans, vise à l’« excellence », dans la tradition du « compagnonnage » des siècles passés. Mais avec une dimension moderne : l’interdisciplinarité. Au savoir-faire technique, doivent s’ajouter des qualités de communication orale, de rédaction, de connaissances de son environnement et de l’histoire de son métier. Autant de cordes à son arc pour accroître ses chances lors des futurs contacts avec son employeur.

Les ponts entre école et monde de l’entreprise

La journée a été l’occasion de nombreux échanges entre les professeurs, les inspecteurs de l’enseignement professionnels, les experts de Total et ceux de l’édition scolaire de Nathan. Beaucoup de discussions sur les relations entre éducation nationale et monde de l’entreprise : des proviseurs qui n’ont guère de soutien pour entretenir les contacts avec les entreprises, et des petites entreprises qui ont peu de temps à consacrer à leurs stagiaires…Mais les progrès sont très nets au fil des années.

A un autre niveau, quand des lycéens ont contacté des entreprises pour demander des devis pour leur projet, ce qui n’est pas toujours facile, cette ouverture vers l’extérieur a été enrichissante.

La sécurité omniprésente

La question de la sécurité a dominé toutes les soutenances. Sécurité des utilisateurs, grâce au respect des règles et des normes. Mais aussi sécurité des équipements. Telle école avait prévu des panneaux solaires dans une cour mais a préféré finalement les monter sur un toit… Les commandes à distance qui relancent un système tombé en panne sont très bien à condition qu’on connaisse la nature de la panne et qu’on ne relance pas en fait un risque d’accident !

Les élèves ont d’ailleurs été surpris de la rigueur des règles de sécurité qui prévalent au siège de Total : information préalable sur les issues de secours, numéros internes à appeler en cas d’urgence, salles systématiquement fermées à clé après chaque réunion, parcours restreints grâce à des badges électroniques.

Visite dans le coeur d’une grande tour

En marge de la finale du concours, la visite de la Tour Coupole, le siège du groupe Total à la Défense, a été une expérience intéressante en soi. Sur quatre sous-sols, les élèves des filières pro ont pu voir de près plusieurs services techniques et parler avec leurs responsables : le service de climatisation, le PC de sécurité avec ses pompiers, la salle de contrôle électrique, le système hydraulique de la piscine, etc. Bref, une énorme machinerie. Un technicien expérimenté venu d’une raffinerieUne raffinerie de pétrole est une installation industrielle dans laquelle on transforme le brut en produits pétroliers adaptés à différentes... a pu aussi leur expliquer quelques grandes lignes de son métier.

 

 

Ce décryptage vous a-t-il intéressé(e) ?

1 0