Glossaire lettre R

Radioactivité

Découverte en 1896 par le physicien français Henri Becquerel, la radioactivité est un phénomène naturel. Des noyaux atomiques instables se scindent en deux noyaux plus légers (parfois trois). Cette fission naturelle s'accompagne d'un dégagement de particules et de rayonnement électromagnétique d'énergie élevée.

Radioactivité artificielle

Elle provient d’éléments radioactifs créés par l’homme pour ses besoins de production d’énergie, à des fins médicales ou pour des utilisations industrielles.

Radioactivité naturelle

La radioactivité naturelle sur terre a trois origines : la radioactivité d'éléments instables créés en même temps que la terre (radioactivité tellurique), celle générée directement des rayons cosmiques et celles des radionucléides induits par les rayons cosmiques dans la haute atmosphère. Le niveau de radioactivité naturelle, géographiquement variable, reste toujours sans danger pour la santé.

Radium

Découvert par Pierre et Marie Curie en 1898 (ce qui valut à Marie Curie son 2e prix Nobel en 1911), le radium est un élément radioactif naturel rare, issu notamment de la chaîne de désintégration radioactive de l'uranium et du thorium. Son utilisation à des fins thérapeutiques préventives et de bien-être supposées a été interdite hors applications médicales en 1937, à la suite de plusieurs décès suspects.

Radon

Le radon est un gaz rare, inodore, provenant de la désintégration du radium, (lui-même maillon de la chaîne de désintégration naturelle de l'uranium et du thorium). Sa forte radioactivité et sa nature gazeuse très diffusive le positionnent comme le principal contributeur à l'exposition des personnes à la radioactivité naturelle. Son importance sanitaire peut devenir critique en milieu confiné. Certaines régions y sont plus exposées que d'autres, en particulier celles où existent des sols uranifères.

Raffinage

Ensemble des opérations industrielles permettant d'élaborer divers produits pétroliers (gaz, essences, fiouls, bitumes…) à partir de pétroles bruts.

Raffinerie

raffinerie
©iStock.com/alacatr

Une raffinerie de pétrole est une installation industrielle dans laquelle on transforme le brut en produits pétroliers adaptés à différentes utilisations (moteurs, transports, chauffage, bases de nombreux produits dérivés, notamment les plastiques...).

Ratio

Un ratio au sens mathématique désigne un rapport entre deux nombres (le ratio de x sur y est égal à x/y). Il est souvent exprimé en pourcentage.

Rayonnement infrarouge

Rayonnement électromagnétique dont la longueur d'onde (0,7 à 1 000 µm environ) est comprise entre celle du visible (rouge) et celle des micro-ondes. En vertu de la loi de Planck, la partie du rayonnement solaire absorbé par la surface terrestre qui est restituée à l'atmosphère l'est sous forme de rayonnement infrarouge (longueur d'onde 8 à 13 µm). C'est ce rayonnement qui, en réchauffant l'atmosphère, tout particulièrement certains gaz comme la vapeur d'eau, le dioxyde de carbone ou le méthane, est à l'origine de l'effet de serre.

Rayonnement ionisant

Un rayonnement ionisant est un rayonnement dont l'énergie est suffisante pour provoquer une ionisation de la matière qu'il traverse, c'est-à-dire d'enlever des électrons à des atomes, de charge électrique neutre, pour les transformer en ions, de charge électrique positive. Par exemple, l'ionisation de l'atome d'hydrogène H --> H+ + e- nécessite une énergie au minimum de 13,6 eV. On distingue deux familles de rayonnements ionisants : les rayonnements électromagnétiques (rayons X, Gamma et certains ultra-violets) et les rayonnements particulaires (électron β-, positon β+, neutron, muon, proton, He2+ α ...). Tous sont dangereux pour la santé, en particulier à doses élevées.

Réacteur à Eau Pressurisée (REP)

Un réacteur nucléaire à eau pressurisée fonctionne grâce à de l'eau sous pression (afin qu'elle reste en phase liquide dans le circuit primaire), qui joue à la fois le rôle de fluide caloporteur et de modérateur. La vaporisation de l'eau du circuit secondaire se fait au niveau de générateurs de vapeur, vapeur qui sera ensuite utilisée pour produire de l'électricité. Ces réacteurs sont dits « de deuxième génération ». Ils sont les plus répandus dans le monde.

Réacteur nucléaire

Réacteur nucléaire
©iStock.com/narvikk

Situé au cœur de la centrale nucléaire, le réacteur est une sorte de chaudière géante. Il réunit quatre éléments : le combustible (où se produit la fission), le fluide caloporteur (qui transfère la chaleur produite), le modérateur (qui augmente l'efficacité de la réaction en chaîne) et des barres de commande (qui contrôlent la réaction et permettent d'éviter son emballement).

Réaction en chaîne

Pour provoquer la fission nucléaire (fission induite), on bombarde les noyaux d’uranium-235 par des neutrons. Certains d'entre eux vont se scinder en deux noyaux plus petits tout en dégageant de la chaleur et des rayonnements. Parmi ce rayonnement figurent d’autres neutrons qui vont aller bombarder d’autres atomes, soumis à leur tour à la réaction de fission. C’est ce que l’on appelle la réaction en chaîne. Dans les centrales nucléaires, cette réaction en chaîne est parfaitement contrôlée. Dans une bombe nucléaire, la concentration en matière fissile est fortement augmentée, jusqu'à pouvoir atteindre le seuil de la masse critique à partir duquel la réaction en chaîne démarre spontanément et dégage des quantités d'énergie colossales en quelques fractions de secondes.

Rechargement (nucléaire)

Se dit du moment où les fagots de combustible nucléaire placés dans la cuve du réacteur doivent être remplacés. Ce changement s’opère, tous les 3 ou 4 ans, par tiers et nécessite l’arrêt du réacteur.

Réchauffement climatique

Le réchauffement climatique, appelé aussi réchauffement planétaire ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la température moyenne des océans et de l'atmosphère terrestre observé depuis plusieurs décennies. Le réchauffement global se traduit localement par des dérèglements climatiques. Ce phénomène est étudié en continu par le GIEC (Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) depuis 1988.

Récupération assistée

La récupération assistée des hydrocarbures désigne toutes les méthodes permettant d'améliorer la production initiale par déplétion naturelle (c'est-à-dire utilisant uniquement la différence de pression entre le réservoir contenant les hydrocarbures et le puits de production). Ces méthodes comprennent le pompage, le gas lift (allègement de la colonne de fluides par introduction de microbulles gazeuses dans le puits de production), l'injection de gaz ou d'eau dans la partie inférieure du gisement via des puits injecteurs, l'injection de vapeur d'eau pour diminuer la viscosité du pétrole et augmenter ainsi sa mobilité, la récupération chimique (ajouts à l'injection de tensio-actifs) et l'injection de CO2 (méthode permettant aussi le stockage de CO2).

Reformage catalytique

Le reformage catalytique est un procédé de raffinage dont l'objectif est de convertir une grande partie des hydrocarbures naphténiques naturels du pétrole en molécules cycliques (aromatiques) à haut indice d'octane et donc indispensables aux carburants pétroliers. Le reformage s'effectue dans des réacteurs à haute température (500 - 550°C) et haute pression, en présence de platine qui joue le rôle de catalyseur.

Règlementation thermique

En France, la performance énergétique des bâtiments est encadrée par la loi. Des exigences, en matière de chauffage, de ventilation, d’éclairage ou de production d’eau chaude s’imposent donc aux professionnels du bâtiment, pour les constructions neuves comme pour les rénovations. La Règlement Thermique (RT) 2012 (voir http://www.legrenelle-environnement.fr/Comprendre-la-reglementation,1394.html) actuellement en vigueur reprend les critères du label Bâtiment Basse Consommation (BBC). Encore plus ambitieuse, la RT 2020 consacrera les bâtiments à énergie positive (BEPOS), c’est-à-dire qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment !

Réserve (gisement)

Les réserves d'un gisement pétrolier ou gazier représentent la totalité des volumes exploitables de pétrole ou de gaz du gisement, de sa mise en exploitation à son abandon. Elles dépendent entre autres du plan de développement (nombre et localisation des puits de production), des méthodes d'exploitation et de la durée de la production. Le terme réserve stratégique de pétrole (RSP) désigne les volumes de pétrole stockés en permanence par de nombreux Etats en vue de faire face à une situation de crise générée par un ralentissement ou une coupure des approvisionnements pétroliers en provenance de pays étrangers.

Résistance thermique

La résistance thermique d'un matériau représente sa capacité à s'opposer à la circulation de la chaleur (flux thermique). Les bons isolants thermiques ont une résistance thermique élevée.

Riser

En production pétrolière en mer, on appelle riser (en français tube prolongateur, peu usité) la conduite reliant le fond de la mer à la surface. Sa fonction principale est d'assurer la remontée du brut ou du gaz vers la plateforme ou le navire de production. Mais il comprend également les lignes d'injection d'eau le cas échéant, et, en offshore profond, les lignes de communication d'informations entre la surface et les unités de production sous-marines. Il peut être rigide ou relativement flexible et il est en général équipé d'un système assurant sa flottabilité.

Roche couverture

Une roche couverture est une barrière imperméable qui fait obstacle à la remontée du pétrole et du gaz vers la surface.

Roche mère

Une roche mère est une roche sédimentaire riche en matière organique qui s'est déposée en conditions marines profondes ou lacustres. L'enfouissement progressif de la roche mère concomitant d'une élévation de température va permettre la genèse de pétrole et de gaz à partir d'un certain seuil de température.

Roche réservoir

Un réservoir est une roche poreuse et perméable capable d’accumuler de grandes quantités de pétrole et de gaz, à l’image d’une éponge. La qualité d’un réservoir dépend de ses caractéristiques de porosité et de perméabilité. Il existe deux grandes familles de roches-réservoirs : les réservoirs clastiques (grès) et les réservoirs carbonatés (calcaires et dolomies).

Rotor (éolien)

rotor.jpg
©iStock.com/Nicolas McComber

Le rotor d’une éolienne est composé du nez et de l’hélice (construits sur le même modèle qu’un avion). Son rôle est de convertir l’énergie du vent en énergie mécanique.