Les dépêches dans le monde

Seadrill reste dans le rouge au 2T

Le groupe de forages pétroliers Seadrill, toujours en convalescence financière, est resté dans le rouge au deuxième trimestre, l'amélioration sur les marchés tardant à se traduire par un retour à la rentabilité.

Seadrill a fait état mardi d'une perte nette trimestrielle de 203 millions de dollars contre 296 millions à la même période de l'an dernier.

Comme lors des exercices passés, le groupe a répété entrevoir une amélioration des marchés avec une hausse du nombre d'appels d'offre et des conditions de contrat plus avantageuses.

Mais le résultat brut d'exploitation (EBITDA) ajusté --hors amortissements et dépréciations notamment-- s'est encore contracté de 4% sur un an, à 69 millions de dollars alors même que le chiffre d'affaires a progressé de 6%, à 321 millions.

L'action a ouvert en hausse de 2,87% à la Bourse d'Oslo.

Contrôlé par le milliardaire d'origine norvégienne John Fredriksen, le groupe a été frappé de plein fouet par la chute du prix du pétrole et, par ricochet, des investissements des compagnies pétrolières à compter de la mi-2014.

Il s'est placé l'an dernier sous la protection de la loi américaine sur les faillites avant d'en sortir en juillet de la même année après une restructuration financière.

Malgré le rebond du cours du baril, l'industrie du forage reste caractérisée par une abondance de navires et plateformes qui pèse sur les prix.

Fin juin, 21 des 55 unités exploitées par Seadrill étaient encore sans activité. Le carnet de commandes a lui aussi diminué pour ressortir à 1,9 milliard de dollars contre 2 milliards à la fin du premier trimestre.

phy/hdy/fc

SEADRILL