Les dépêches dans le monde

Recyclage de métaux: les ventes de Recylex en repli

Recylex, spécialiste du recyclage des métaux, a vu ses ventes reculer au premier semestre sous le triple effet du Covid-19, du faible cours du plomb et de la sortie de ses filiales allemandes.

Avec la perte de contrôle de ses entités allemandes fin mai, le chiffre d'affaires de l'entreprise s'établit sur six mois à 102 millions d'euros, en repli de 34%. Après retraitement des données 2019, pour permettre la comparaison, la variation est de -9%.

"L'activité du premier semestre a été marquée par les effets de la pandémie de SARS-CoV-2 dont les conséquences perdurent encore aujourd'hui", souligne le PDG de Recylex, Sebastian Rudow, relevant toutefois "une très légère amélioration du cours du zinc" et le fait que "les prix des batteries usagées n'ont pas baissé".

Recylex a perdu fin mai le contrôle de ses quatre entités allemandes, qui consommaient beaucoup de trésorerie et qui, dans le contexte dégradé de la crise sanitaire, ont dû faire l'objet d'une procédure de sauvegarde devant la justice outre-Rhin.

Aujourd'hui, le groupe reste dans une situation financière "incertaine", puisque "la poursuite de ses activités dépend à terme particulièrement de l'avenir de (la fonderie) Weser-Metall", une de ses anciennes filiales et principal client des matières secondaires vendues par Recylex, souligne M. Rudow.

"Dans cette attente, (...) nos priorités actuelles sont de développer notre base de clientèle et de stabiliser nos activités opérationnelles", a-t-il ajouté.

La cotation de l'action reste ainsi suspendue jusqu'à ce que la société puisse communiquer sur sa capacité à poursuivre son activité.

Recylex, ex-Metaleurop, compte en France trois sites industriels, employant une centaine de personnes dans le recyclage de batteries et la production de polypropylène.