Les dépêches dans le monde

Réacteur nucléaire EPR de Flamanville: consultation publique jusqu'au 22 juillet

Le public peut donner jusqu'au 22 juillet inclus son avis sur la demande d'autorisation d'exploiter le réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche), un chantier marqué par de nombreux déboires, a-t-on appris vendredi auprès de l'Etat.

Cela est possible via l'adresse internet .

Le code de l'environnement prévoit en effet que "la décision d'autoriser" l'exploitation d'une centrale nucléaire "fait l'objet, en amont, de la mise en oeuvre d'une procédure de participation du public", selon le ministère de la Transition écologique.

La "présente consultation ne préjuge pas de l'issue de l'examen en cours", par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), de la demande de mise en service que lui a adressée EDF, précise toutefois le ministère.

Dans un communiqué commun EELV, Greenpeace, FNE et deux autres associations ont dénoncé "une mascarade de démocratie puisque la date choisie est (...) ciblée en période estivale". "On voudrait dissuader les citoyens d'y participer que l'on ne s'y prendrait pas autrement", ajoutent-ils.

Ces écologistes appellent toutefois à participer à la consultation sur ce "fiasco industriel et financier".

Le réacteur EPR de Flamanville, dont la construction a débuté en décembre 2007, devait au départ être mis en service en 2012. Mais il a fait face à de nombreux déboires. Son coût s'élève actuellement à 12,4 milliards d'euros selon EDF contre 3,3 milliards prévus avant le début du chantier.

Dernière difficulté en date, des anomalies ont été détectées sur les soudures de trois piquages (partie d'une tuyauterie qui la raccorde à une autre ou à un récipient).

L'ASN a indiqué mardi à Caen qu'elle prendrait "après l'été" une position de principe sur les premières propositions d'EDF pour résoudre ce problème.

EDF vise un chargement du combustible à fin 2022. Un planning que le président de l'ASN a qualifié en mai de "très serré".

Le gendarme du nucléaire a également indiqué qu'il tiendrait compte, avant d'autoriser la mise en service de l'EPR de Flamanville, de l'incident qui s'est produit en juin à Taishan (Chine) sur un des deux seuls réacteurs EPR en fonctionnement dans le monde.

Conçu pour fonctionner pendant 60 ans, l'"European Pressurized Water Reactor" se fonde sur la technologie des réacteurs à eau sous pression, la plus utilisée dans le monde. Il offre une puissance plus élevée (1.650 mégawatts) que les centrales actuellement en service en France.

clc/gvy/pb

AREVA

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE