Les dépêches dans le monde

Pétrole: la production de l'Opep a de nouveau reculé en juin

La production de l'Opep a de nouveau reculé au mois de juin, les pays membres du cartel continuant de faire bloc derrière l'accord trouvé pour soutenir les cours de l'or noir, déprimés par la crise du Covid-19.

Leur production a reculé de 1,9 million de barils par jour (mbj) sur un mois pour atteindre 22,271 mbj au mois de juin, selon des sources secondaires (indirectes) citées par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport mensuel, paru mardi.

Au mois de mai, la production avait déjà chuté spectaculairement de 6,3 mbj.

Ces sources secondaires, reposant sur un ensemble de données telles que le trafic de pétroliers, des statistiques de raffinage ou des informations confidentielles, sont celles qui font référence pour évaluer la production d'or noir.

L'Arabie saoudite, chef de file de l'organisation, a de nouveau fourni à elle seule un peu plus de la moitié de cet effort, ses extractions d'or noir reculant de 923.000 barils par jour sur un mois.

L'Irak y a également contribué, pompant 449.000 barils par jour de moins que le mois précédent, tandis que le Venezuela, qui a produit 356.000 barils par jour en juin, en a pompé 199.000 de moins que le mois précédent.

Les membres de l'Opep et leurs alliés, dont la Russie, se sont accordés pour prolonger en juillet la baisse historique de production à laquelle ils s'astreignent depuis le 1er mai.

Cette baisse est destinée à soutenir des cours en chute libre à cause de la crise sanitaire du Covid-19, qui s'est traduite par un effondrement de la demande, en particulier pour les transports.

Après une chute de la demande mondiale de pétrole en 2020 estimée à 8,9 mbj sous l'effet des conséquences de la pandémie due au coronavirus, l'Opep table sur un rebond de 7 millions de barils par jour en 2021.