Les dépêches dans le monde

Le Togo inaugure la plus grande centrale solaire en Afrique de l'Ouest

Le président togolais Faure Gnassingbé a inauguré à Blitta (environ 267 km au nord de Lomé), une centrale photovoltaïque de 50 mégawatts, la plus grande d'Afrique de l'Ouest, dans le cadre du développement de l'énergie solaire dans le pays.

"S'inscrivant dans notre ambition de faciliter un accès universel à l'électricité et de desservir tous les ménages togolais en énergie propre et renouvelable, cette centrale va desservir 158.333 ménages togolais et permettra d'économiser plus d'un million de tonnes d'émissions de CO2 tout au long de sa durée de vie", a déclaré mardi soir le président Faure Gnassingbé sur son compte Twitter.

"Je me réjouis de cette réalisation effectuée en un temps record (18 mois, ndlr)", a-t-il ajouté.

Construite par AMEA Togo Solar, une filiale d'AMEA Power, géant des Emirats arabes unis, cette centrale solaire est érigée sur une superficie de 92 hectares, se compose de 127.344 panneaux solaires pour une puissance installée de 50 MW et une production d'environ 90.255 MWh d'énergie par an.

Il s'agit pour l'instant de la plus grande centrale solaire de la région, devant la centrale de Kita au Mali, et elle s'inscrit dans une série d'investissements du groupe AMEA Power en Afrique et dans la politique de développement de l'énergie solaire au Togo.

Baptisée "Cheikh Mohammed Bin Zayed" (nom du prince héritier d'Abou Dabi), elle a été financée à plus de 35 milliards de francs CFA (53.356 millions d'euros) par des prêts concessionnels de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et par le fonds d'Abu Dhabi Fund pour le Développement (ADFD).

20 MW supplémentaires devraient être construits sur le même site, avant la fin de l'année.

Cette centrale photovoltaïque sera exploitée pendant 25 ans par AMEA Togo Solar.

Le Togo, qui importe plus la moitié de l'énergie dont il a besoin du Nigeria et du Ghana, mise notamment sur le solaire pour développer avec des start-up l'accès à l'électricité de ses huit millions d'habitants jusque dans les zones les plus reculées du pays.