Les dépêches dans le monde

Hydrocarbures: les leaders du marché polonais vont fusionner pour créer un "champion" européen

Les quatre premières entreprises pétrolières et gazières de Pologne ont enclenché mardi un processus de fusion qui devrait leur permettre à terme de bâtir un "champion" européen, selon les mots du Premier ministre.

"La fusion des plus grandes entreprises polonaises créera une entité aux revenus diversifiés, dotée d'une large base de matières premières, de processus modernes, d'énergie propre" et davantage intégrée, a écrit mardi sur Twitter Daniel Obajtek, le PDG du premier raffineur polonais PKN Orlen.

Le Premier ministre Mateusz Morawiecki a quant à lui salué "une évolution courageuse, dont naîtra un champion non seulement polonais mais aussi de dimension européenne".

Si le projet de fusion se concrétise, il permettra "d'investir dans de vastes projets liés à la transformation de l'énergie", a estimé M. Obajtek.

Son tweet a été publié quelques heures après que la Commission européenne, gendarme européen de la concurrence, a donné son feu vert à l'acquisition du raffineur Lotos, en plus du rachat d'Energa, déjà conclu. PKN Orlen prévoit en outre de mettre la main sur PGNiG, la première entreprise gazière de Pologne.

Dans un paysage économique dévasté par la pandémie de Covid-19, qui a plongé la Pologne dans sa première récession depuis l'effondrement du régime communiste, l'alliance des quatre poids lourds des hydrocarbures pourrait générer un bénéfice annuel de "20 milliards de zlotys (4,47 mds EUR) avant intérêts, taxes et dépréciation", a évalué le Premier ministre.

A l'heure actuelle, les besoins énergétiques de la Pologne dépendent à environ 80% du charbon. Le gouvernement conservateur a d'ores et déjà renoncé à atteindre l'objectif européen de neutralité carbone en 2050, jugeant que cela paralyserait son économie.

mas/dt/dga/bh

PKN ORLEN