Les dépêches dans le monde

GLI (bouteilles de gaz) repris par un groupe polonais,les syndicats craignent une délocalisation

Le fabricant français de bouteilles de gaz GLI (Gaz Liquéfiés Industrie), employant 500 salariés, a été repris par son concurrent polonais, le groupe Chemet, attisant les craintes d'une délocalisation de la production, a-t-on appris lundi de source syndicale.

Le tribunal de commerce de Paris a autorisé la reprise par le groupe Chemet de GLI qui était en redressement judiciaire depuis cet été, pour un montant de 3,15 millions d'euros, a indiqué à l'AFP Eric Kempf, délégué CFTC de l'entreprise.

GLI a été emporté dans le redressement judiciaire de son précédent propriétaire, le groupe métallurgique franco-belge Altifort, qui avait défrayé la chronique en début d'année par son projet finalement avorté de reprise de l'aciérie Ascoval dans le Nord.

La décision prononcée vendredi par le tribunal a été transmise lundi aux représentants syndicaux, a précisé M. Kempf.

Elle concerne un effectif de 500 salariés, réparti entre le siège à Paris et surtout les sites de Civray (Vienne) et Bischwiller (Bas-Rhin), qui produisent les solutions de stockage de gaz: bouteilles, fûts, citernes, etc., a poursuivi M. Kempf.

Le choix de Chemet fait craindre aux syndicats la "délocalisation" à court terme en Pologne des activités de fabrication, qui représentent un peu plus de 300 salariés, dont 192 à Bischwiller.

"Chemet est notre concurrent direct et notre lecture c'est qu'il ne sera intéressé que par le carnet de commandes pour rapatrier la production chez lui", a dit M. Kempf.

La reprise est assortie d'un maintien de l'emploi pendant deux ans, mais celui-ci n'aurait "en fait aucune valeur", selon les syndicats de GLI.

Redoutant la délocalisation des activités par le groupe Chemet, les syndicats avaient exprimé leur préférence pour l'offre du français Verdoso, spécialiste de la prise de participations dans des sociétés industrielles. Une troisième offre avait été déposée par d'anciens dirigeants d'Altifort.

L'administrateur judiciaire de GLI jusqu'à vendredi, Me Christophe Thévenot, n'a pu être joint lundi soir.