Les dépêches dans le monde

Engie sortira du charbon au Chili d'ici 2025

Le groupe français Engie a annoncé mercredi la fin de ses activités de production électrique au charbon d'ici 2025 au Chili, avec des fermetures ou des reconversions, et a relevé ses objectifs dans les renouvelables.

L'énergéticien a assuré dans un communiqué de "son engagement de fermer six unités (soit 0,8 GW) alimentées au charbon et de convertir les trois unités les plus récentes (soit 0,7 GW) au gaz ou à la biomasse d'ici 2025".

Le groupe, qui se présente volontiers comme un champion de la transition énergétique, s'était engagé en février à sortir du charbon, très polluant et émetteur de carbone, en Europe d'ici 2025 et dans le monde d'ici 2027.

Il restait à cette date à Engie 4 gigawatts (GW) d'actifs au charbon. Outre le Chili, Engie possède encore des centrales à charbon au Brésil, au Maroc et au Portugal.

L'ONG Reclaim Finance a dénoncé mercredi la "décision scandaleuse" de prévoir des conversions au Chili, car "le gaz ou la biomasse ne constituent en rien des solutions pour le climat".

"Il s'agira ici probablement de gaz de schiste importé d'Argentine ou des Etats-Unis, avec un bilan carbone encore plus nocif que le charbon", estime sa directrice, Lucie Pinson.

Quant à la biomasse, elle a dénoncé le principe de "couper des forêts pour créer de l'électricité".

Engie a également annoncé mercredi le développement d'un portefeuille d'énergies renouvelables de 2 GW au Chili. C'est 1 GW supplémentaire depuis la dernière annonce en 2019.

Ce "plan de transformation complet" des activités du groupe dans le pays suppose un investissement de 1,5 milliard d'euros d'ici 2025.

Il prévoit de réduire de 80% d'ici 2026 les émissions de CO2 de ses activités de production d'énergie dans ce pays.

jmi/myl/sr

ENGIE