Dossier : Le bois en France : une source d’énergie promise à se développer

3 contenus dans ce dossier

Je découvre
Imprimer

Décryptages

Se chauffer au bois : quelques informations pratiques

Principal moyen de chauffage dans les siècles passés, le bois connaît une nouvelle faveur auprès des ménages, au point que la France est désormais le premier marché européen des appareils de chauffage au bois devant la Norvège, l’Allemagne et l’Italie. Mais les conditions d’utilisation ont bien changé depuis dix ans : finis les foyers ouverts de jadis, remplacés par des poêles et des chaudières aux technologies sans cesse améliorées.

Les Français reviennent à l'utilisation du bois comme chauffage d'appoint. ©THINKSTOCK

Le chauffage au bois est généralement utilisé en maison individuelle et, dans 80 % des cas, en complément d’un autre système de chauffage (électrique, au gaz ou au fioul). En Bretagne, un tiers des ménages (450 000 sur 1,5 million) dispose d’appareils de chauffage au bois.

On estime que le nombre de logements français équipés d’un appareil au bois est passé de 7 millions en 2011 à 8 millions en 2016. L’objectif fixé par les pouvoirs publics est de 9 millions en 2020. Ce passage de 7 à 9 millions en dix ans présentera la particularité de se faire sans augmenter la consommation de bois de chauffage, stable à 7,4 millions de tonnes équivalent pétroleLa « tep" est l'unité de mesure énergétique correspondant à l’énergie fournie par la combustion d’une tonne de pétrole... (Mtep). Cela devrait être rendu possible par une meilleure valorisation des équipements et du combustibleUn combustible désigne tout composant ou matière solide, liquide ou gazeux susceptible de se combiner à un oxydant..., pour produire plus de chaleurAujourd'hui, en thermodynamique statistique, la chaleur désigne un transfert d'agitation thermique des particules composant la matière... avec moins de bois.

Car aussi agréable soit elle, la flambée dans la cheminée ouverte n’est pas considérée techniquement comme un moyen de chauffage. Son rendement énergétique est très faible (10 %) et ses émissions de polluants (monoxyde de carboneLe monoxyde de carbone est l'un des oxydes du carbone, de formule CO... et particules fines) sont importantes. En revanche, les systèmes de chauffage modernes ont multiplié les rendements par 3. Ils ont divisé par 3 les émissions de monoxyde de carbone et par 30 les émissions de particules fines depuis 2000, année de l’institution du label « flamme verte », selon le Syndicat des énergies renouvelablesOn appelle énergie renouvelable une source d'énergie dont le renouvellement naturel est immédiat ou très rapide.... (Voir encadré « Chauffage au bois et émissions de particules fines » ci-après)

8 millions : le nombre de foyers français qui disposent d’un chauffage complémentaire au bois.

Les appareils de chauffage

On distingue généralement :

  • les inserts, qui s’encastrent dans une cheminée existante ;
  • les foyers fermés ou les poêles qui s’installent contre un mur, s’il n’y a pas de cheminée préexistante ;
  • les poêles qui s’installent idéalement au centre d’une grande pièce, au rez-de-chaussée.

Ils sont généralement dotés d’une vitre frontale qui permet de voir les flammes et donc de retrouver un peu du charme de la cheminée d’autrefois. Ils assurent le chauffage de la pièce où ils se trouvent et peuvent diffuser la chaleur dans d’autres pièces (distribution d’air chaud, poêles hydrauliques).

Un autre type d’appareils, de plus grandes tailles, est celui des chaudières, installées dans une cave ou un garage, qui assurent le chauffage central de l’habitation et la production d’eau chaude sanitaire. Les plus sophistiquées peuvent se recharger automatiquement avec des granulés ou des plaquettes de bois.

Les nouveaux poêles à bois ont depuis 2008 multiplié les rendements par 3 et divisé par 5 les émissions de particules fines.

Les combustibles domestiques

L’amélioration des rendements énergétiques est également assurée par la normalisation des combustibles, notamment par la garantie de niveaux suffisants de séchage. Pour un fonctionnement optimal du poêle, le taux d’humidité du combustible doit être inférieur à 20 %. Il faut près de deux ans pour qu’un bois soit efficace. Un bois humide à 40 % provoque une perte de 25 % du rendement énergétique.

On distingue quatre types de combustibles :

  • la bûche classique, récoltée en forêt ou dans les haies, provenant d’arbres inaptes à d’autres utilisations ;
  • la briquette de bois, qui ressemble à une bûche, mais qui est reconstituée en compressant fortement des déchets de bois et des sciures ;
  • les granulés de bois (ou pellets), eux aussi reconstitués par compression, mais en petits morceaux, lors des opérations de transformation du bois (scieries, ameublement, etc.). Ils sont utilisés dans des poêles adaptés ;
  • les plaquettes forestières, provenant du broyage des branchages directement dans la forêt, lors de l’abattage des arbres. Elles sont surtout utilisées dans les chaudières industrielles.

La question du rendement est essentielle dans le prix. Un poêle répondant au label « flamme verte», bien utilisé et bien entretenu, peut consommer trois fois moins de bois qu’un appareil ancien ou mal utilisé. Dans sa volonté de promouvoir le chauffage au bois, les pouvoirs publics ont mis en place des mesures incitatives, comme un crédit d’impôt à 30 % sur les équipements ou des éco-prêts à taux zéro.

 

Chauffage au bois et émissions de particules fines
Les émissions issues du chauffage au bois occupent une part importante dans les émissions françaises de particules, particulièrement les plus fines. Elles représentent 45 % des particules dites PM5, c’est-à-dire d’un diamètre inférieur à 5 microns (1 micron = 1 millième de millimètre), selon les chiffres (2012) de l’ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)1.

L’essentiel de ces émissions provient des appareils domestiques. Les poêles à bûches en émettent beaucoup plus que ceux adaptés aux granulés de bois ou aux briquettes reconstituées. Les chaufferies industrielles, qui sont soumises à des normes strictes, n’émettent pratiquement pas de particules et autres polluants.

Cette situation est due au fait que le parc domestique d’appareils de chauffage au bois est constitué de 50 % d’équipements non performants, datant d’avant 2002, qui émettent 80 % du total. En période hivernale, surtout en cas de mauvaises conditions de dispersion atmosphérique, les émissions peuvent contribuer de façon importante voire majoritaire aux épisodes de pollution particulaires. Le cas le plus emblématique en France est celui de la vallée très encaissée de l’Arve, près de Chamonix, où les émissions du chauffage au bois traditionnel s’ajoutent à celles des camions qui franchissent le tunnel du Mont Blanc.

La solution est de remplacer les poêles à bois anciens par des équipements labellisés (« Flamme verte » en France). Ceux-ci ne suppriment pas entièrement les émissions, mais ils les réduisent considérablement. Selon l’ADEME, un matériel acheté avant l’an 2000 émettait 30 fois plus de particules que des appareils labellisés « Flamme verte 5 étoiles ». Mais le taux de renouvellement est lent (4 % de taux annuel de renouvellement, soit 25 ans pour renouveler entièrement le parc actuel). C’est pourquoi des mesures d’incitation, notamment fiscales, au renouvellement ont été prises en France.

 

Source :

(1) ADEME - "Bois énergie et qualité de l'air"