Dossier : Les réseaux électriques

3 contenus dans ce dossier

Je maîtrise
Imprimer

Décryptages

Les interconnexions européennes

Pour sécuriser leur consommation nationale, les pays européens ont mis en place depuis l’après-guerre des interconnexions entre leurs réseaux électriques : ces lignes transfrontalières leur permettent de s'entraider immédiatement en cas de pénurie imprévue dans un pays. En ce cas, les pays européens s’achètent et se vendent de l’électricité, avec des échanges qui atteignent en moyenne 100 à 120 TWh par mois.

Les réseaux européens sont de plus en plus interconnectés, permettant l'unification des marchés électriques et une solidarité entre pays en cas de problèmes d'alimentation.. ©NASA / AFP

Dans chaque pays européen, le réseau de transport de l'électricité (les lignes haute tension, aériennes ou souterraines) est géré par un ou plusieurs opérateurs : le groupe RTE en France, TenneT, Amprion, Elia en Allemagne ou en Belgique et TenneT aux Pays-Bas, Terna en Italie, National Grid en Grande-Bretagne, REE en Espagne... Il existe en tout plus de 36 gérants de réseaux électriques dans les 27 pays de l'Union européenne (UE), qui transportent environ 3 000 TWh par an.

Chaque pays a construit des interconnexions avec les réseaux des pays voisins. Mais la capacité de ces interconnexions reste limitée. Ainsi, par exemple, la France a une capacité d’interconnexion avec ses six pays transfrontaliers de 12 GW pour l’export et 8 GW pour l’import. Via ces lignes, en 2014, la France a exporté 17,1 % de sa production d’électricité1.

Pour gérer ces interconnexions, des systèmes d’allocations des capacités ont été mis en place, qu’il faut encore harmoniser pour réaliser le marché intérieur de l’énergie prévu dès 2015. Ces méthodes comprennent des allocations de capacités à long terme, attribuées par enchères explicites, mais aussi des allocations de capacités du jour pour le lendemain (par enchères implicites), sans oublier des allocations de capacités infra-journalières. Début 2014, 14 pays de l’UE ont lancé un projet pilote pour un système commun d’allocation de capacités du jour pour le lendemain.

Le futur réseau électrique européen interconnecté fera plus de 300 000 km et concernera 525 millions d’utilisateurs.

Vers un supergrid européen

L'Europe voit beaucoup plus loin que ces échanges bilatéraux : l'UE veut créer dans les années qui viennent un grand réseau continental, un supergrid européen. Ce réseau unifié et intelligent, traversant toute l'Europe, devra être capable de distribuer l’énergie dans tous les pays en fonction des besoins, quel que soit son lieu de production. Il devrait pouvoir intégrer les pics de production des champs de panneaux solaires du sud de l'Europe et les éoliennes de la mer du Nord, pour créer une Europe de l’électricité. Le projet dépasse l’UE car il intègre les pays baltes, la Suisse et la Norvège. En tout, 34 pays européens, 525 millions de personnes, alimentées par 305 000 km de lignes de transport d’électricité sont ainsi concernés.

Pour parachever le marché européen de l’énergie, il faudra à l’avenir accentuer les partages en renforçant les réseaux et en connectant les parcs d'énergies renouvelablesOn appelle énergie renouvelable une source d'énergie dont le renouvellement naturel est immédiat ou très rapide... par de nouveaux câbles. Il faut ainsi poser de nouveaux câbles sous-marins pour relier à la côte les champs d’éoliennes offshoreTerme anglais désignant les zones et les opérations d'exploration ou d'exploitation pétrolières en mer... qui fleurissent en mer du Nord, des travaux qui coûtent 1 million d'euros par km de câble posé ! De nouvelles interconnexions, plus puissantes, doivent aussi être installées entre les pays.

Mais le passage de nouvelles lignes à haute tension nécessite de convaincre les populations locales, parfois réticentes à ces aménagements peu discrets et pas toujours très bien compris. À l’avenir, il faudra aussi dépasser plusieurs freins techniques comme la standardisation des équipements entre les pays.

17,1 % : la part de la production électrique exportée par la France en 2014.

Le futur supergrid européen devra pouvoir s’adapter à la demande, régulée chez les consommateurs par des compteurs électriques intelligents, capables par exemple de programmer les appareils ménagers lors des creux de consommation. En France, le compteur Linky qui commence à être installé saura à terme programmer votre lave-vaisselle aux heures creuses...

La directive européenne d’octobre 2012 sur l’efficacité énergétiqueEn économie, l'efficacité énergétique désigne les efforts déployés pour réduire la consommation d'énergie d'un système... prévoit qu’au moins 80 % des consommateurs européens soient équipés de ces compteurs intelligents pour 2020.

Les grandes lignes transeuropéennes à haute tension formeront la colonne vertébrale d'un réseau s’étendant de la mer du Nord au sud de l’Europe.

 

 

 

 

 

 

 

Schéma et objectifs d’un futur supergrid européen 

 

Schéma et objectifs d’un futur supergrid européen

Le supergrid de plus de 300 000 km de lignes que veut créer l’Europe doit pouvoir distribuer l’énergie dans 34 pays (donc au-delà de l’Union européenne), en fonction des besoins des 525 millions de citoyens. Il sera essentiel pour intégrer la production des énergies renouvelables, depuis les panneaux solaires du sud de l'Europe jusqu’aux éoliennes de la mer du Nord.

 

 

Source :

(1) Ministère français du Développement durable