Dossier : Mix et transition énergétique

3 contenus dans ce dossier

J'approfondis
Imprimer

Décryptages

Les enjeux de la transition énergétique

La plupart des pays du monde ont engagé une « transition énergétique » - ou y réfléchissent - sous l’influence d’une double pression : la perception que les énergies fossiles constituent une ressource limitée, quel que soit le délai, et la prise de conscience, dans un passé plus récent, qu’elles influent négativement sur le climat de la Planète. Mais comment réaliser cette transition ?

Eoliennes à Rio Vista en Californie : les énergies renouvelables sont en progression partout dans le monde. © FOTOLIA

La « transition énergétiqueLa transition énergétique désigne le passage du système actuel de production d'énergie... » désigne le passage d’un système de production et de consommation d'énergie, aujourd’hui axé sur des énergies non renouvelables (brut (pétrole)Pétrole non raffiné., gaz, charbon), à un autre mix énergétiqueLe mix énergétique, ou « bouquet énergétique », décrit la répartition des différentes sources d’énergies utilisées pour la consommation énergétique d’un territoire... plus efficace et plus décarboné. Ce type de « transition » n’est pas un phénomène sans précédent. Le charbon au milieu du XIXe siècle, le pétrole au milieu du XXe, le nucléaire civil dans les années 1970 ont introduit des évolutions majeures dans les mix énergétiques, même si ces différentes sources ne se sont pas substituées les unes aux autres mais plutôt additionnées.

Pas de mix énergétique idéal et universel

64 % : la part des énergies fossiles dans le scénario 2035 de l'AIE pour rester en-dessous de la limite des 2°C. 

La plupart des experts se retrouvent sur un certain nombre de constats :

  • il n’y a pas de mix idéal qui s’imposerait partout dans le monde. La transition énergétique est propre à chaque pays ou groupe de pays, même si l’adoption de grands objectifs mondiaux est recherchée lors de sommets climatiques internationaux ;
  • les systèmes énergétiques présentent une grande inertie, les transitions énergétiques sont lentes ;
  • les transitions énergétiques ne pourront pas être réussies sans ruptures technologiques et sans modifications profondes des usages de l’énergie par les consommateurs. (Voir le décryptage : « Ruptures technologiques et nouveaux usages de l'énergie »).

Le « trilemme énergétique »

Le Conseil Mondial de l’Énergie, une organisation qui rassemble des dirigeants du secteur énergétique de près de 100 pays, a résumé les enjeux en un concept : le « trilemme énergétique », qui consiste à trouver un équilibre entre trois propositions apparemment contradictoires :

Les scénarios de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE)

Il n’y a pas de mix idéal qui s’imposerait partout dans le monde. La transition énergétique est propre à chaque pays.

Les experts de l'agence internationale de l'énergie (aie)L'AIE (IEA en anglais) est une agence autonome au sein de l'OCDE, créée en 1974 lors du premier choc pétrolier... ont quant à eux élaboré des scénarios d'évolution du mix énergétique mondial en évaluant leur impact sur le réchauffement climatique. Ils s’appuient pour cela sur les constats établis par le groupe d'experts intergouvernemental (giec)Le GIEC est le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat... (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

En 2015, dans son rapport annuel World Energy Outlook (WEO)1, l’AIE a introduit un scénario permettant d’atteindre l’objectif fixé d’abord au sommet de Copenhague sur le climat, puis confirmé lors de l’accord de Paris en décembre 2015, à savoir une augmentation de la température moyenne du globe inférieure à 2 °C d’ici la fin du siècle, par rapport au niveau de la période préindustrielle. 

Cette « trajectoire 2 °C », mise à jour dans le WEO 2016, suppose une forte baisse du contenu en carbone de la croissance mondiale, mesurée par le PIB (produit intérieur brut) mondial. Pour améliorer cette « intensité carbone » (rapport entre les émissions de gaz à effet de serre et la croissance de la production mondiale), il faut à la fois optimiser le mix énergétique actuel, développer les énergies renouvelables, et améliorer l’efficacité énergétique.

L’amélioration du mix énergétique actuel suppose d’accroître la part du gaz naturel par rapport à celles du charbon et du pétrole. En effet, à contenu énergétique équivalent, le gaz émet deux fois moins de co2Dioxyde de carbone. Avec la vapeur d'eau, c’est le principal gaz à effet de serre (GES) de l'atmosphère terrestre... que le charbon dans la génération électrique. L’AIE envisage aussi dans son scénario 2°C une montée en puissanceEn physique, la puissance représente la quantité d'énergie fournie par un système par unité de temps... des technologies de captage, de stockage et de valorisation du carbone. Le développement des énergies renouvelables doit s’appuyer quant à lui sur le solaire, l’éolien et la biomasseDans le domaine de l'énergie, la biomasse se définit par l'ensemble des matières organiques d'origine végétale ou animale.... Quant à l’efficacité énergétique, l’AIE la prévoit au travers d’améliorations continues dans les process industriels, l’habitat et les transports.

Selon ce scénario 2 °C, le charbon devrait représenter 16 % du mix mondial en 2035 (contre 25 % en 1990), le pétrole 25 % (contre 37 %), le gaz 23 % (contre 19 %). Soit un total de 64 % (contre 81 % en 1990) pour l’ensemble des énergies fossiles. Le nucléaire passerait de 6 % en 1990 à 10 % en 2035, l’hydroélectricité de 2 à 4 %, la biomasse et les biocarburantUn biocarburant est un carburant produit à partir de matières végétales ou animales... de 10 à 14 %, les autres renouvelables de 0 % à 9 %. (Voir l’infographie « Le mix énergétique mondial de 1990 à 2035 »).

« L'âge de pierre ne s'est pas terminé par manque de pierres. L'âge du pétrole ne s'achèvera pas avec le manque de pétrole ». Telle est la célèbre formule utilisée par Cheikh Yamani, ancien ministre saoudien du pétrole saoudien, dans une interview au Daily Telegraph, le 25 juin 2000. 

 

Sources :

(1) World Energy Outlook 2015