Dossier : L’Afrique et l’énergie : étude de cas de quatre pays

4 contenus dans ce dossier

Je découvre
Imprimer

Décryptages

Le Nigeria : une puissance fragile fondée sur le pétrole

Pays le plus peuplé d’Afrique avec plus de 175 millions d’habitants, le Nigeria dispute régulièrement à l’Afrique du Sud la place de première économie du continent. Mais après avoir connu des taux de croissance de 6 % jusqu’en 2013, son économie s’est rétractée et est entrée en récession en 2016. Une des causes en est la diminution de sa production pétrolière, couplée à la chute du prix mondial du baril. Le Nigeria reste cependant un pôle attractif pour les investissements internationaux1.

 

L'île de Bonny, dans le delta du fleuve Niger, près de Port Harcourt, accueille toutes les grandes compagnies mondiales de pétrole et de gaz.
©PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Pays immense, avec une mosaïque d’ethnies, de langues et de religions, avec un Nord musulman dont la situation sécuritaire est instable, le Nigeria connaît de grandes disparités de développement, accentués par le caractère fédéral de son organisation. La biomasseDans le domaine de l'énergie, la biomasse se définit par l'ensemble des matières organiques d'origine végétale ou animale... constitue la part essentielle du mix énergétiqueLe mix énergétique, ou « bouquet énergétique », décrit la répartition des différentes sources d’énergies utilisées pour la consommation énergétique d’un territoire... (plus de 86 % de la consommation d’énergie finale) en assurant la quasi-totalité de la demande énergétique des populations rurales. Conséquence immédiate, le taux de déforestation du Nigeria est le plus fort du monde.

Sa population est en croissance très forte et le pays pourrait compter 440 millions d’habitants d’ici 2050. Cette poussée fait que le Nigeria est considéré comme un futur géant de l’automobile, pouvant servir de hub pour les constructeurs en Afrique. Le continent, qui n’a connu depuis 2005 qu’une croissance de 31 % de son parc automobile, loin derrière l’Asie, l’Europe de l’Est ou l’Amérique latine, pourrait connaître un essor plus spectaculaire dans les prochaines années compte tenu de ses taux de croissance démographique et économique2.

55 % seulement de la population nigériane a accès à l’électricité, selon la banque mondiale.

Un très grand producteur de pétrole

Dans l’immédiat, la puissanceEn physique, la puissance représente la quantité d'énergie fournie par un système par unité de temps... économique du Nigeria réside dans les hydrocarbureLes hydrocarbures sont des composés chimiques dont les molécules sont constituées d'atomes de carbone et d'hydrogène..., qui constituent 95 % des exportations du pays et donc une véritable rente3. Le pays, qui a fait largement appel aux sociétés pétrolières mondiales, reste le premier producteur d’Afrique (et le 12ème mondial), même si l’Angola le talonne désormais. Sa production était de 2,35 millions de barils de brut par jour en 2015, soit à peu près autant que le Mexique ou le Venezuela. Si 2016 a marqué une nette contraction conjoncturelle, les perspectives sont considérées comme positives. Le Nigeria est au dixième rang des réserves mondiales.

Poussée depuis plusieurs années par le développement des exploitations offshoreTerme anglais désignant les zones et les opérations d'exploration ou d'exploitation pétrolières en mer..., la production est en revanche souvent freinée par les problèmes récurrents de sécurité au large des côtes nigérianes, en raison de la piraterie, ou dans le delta du Niger, la grande zone productrice où des groupes armés s’opposent au gouvernement d’Abuja depuis des années. Cette situation, aggravée par de nombreux actes de vandalisme dans le delta, rend très complexe le transport des hydrocarbures dans la zone.

Les difficultés de l’exploitation gazière

Le pays a également d’importantes réserves de gaz naturel, les 8ème du monde, plus importantes que celles de l’Algérie, mais il est loin de les exploiter au maximum. L’une des raisons en est le recours, très fréquent en Afrique, au torchage (flaring en anglais) pratiqué sur les sites pétroliers, qui consiste à brûler le gaz à sa sortie du puitsDésigne la cavité cylindrique creusée dans le sous-sol par un forage.... Cette situation est généralement provoquée par la faiblesse des infrastructures de traitement du gaz et de son transport vers les lieux de consommation, ce qui rend sa récupération non rentable. Selon la Banque mondiale, l’équivalent de la moitié de la consommation énergétique de toute l’Afrique disparait dans le torchage. Mais une action internationale, l’initiative « zero routine flaring by 2030 » soutenue par les grandes compagnies pétrolières mondiales, a été engagée. Le Nigeria y a adhéré en avril 2015 et s’est même fixé 2020 comme date butoir pour la fin du torchage.

L’autre perspective positive pour le développement du gaz nigérian est le fort développement du gaz naturel liquéfié (gaz naturel liquéfié (gnl )Le GNL est du gaz naturel liquéfié (LNG en anglais), constitué presque exclusivement de méthane...), qui, par la flexibilité de son transport, prend une place croissante dans le commerce mondial. Le Nigeria, comme l’Algérie, a utilisé très tôt la technique de liquéfactionLa liquéfaction désigne l'un des changements d'état de la matière, de l'état gazeux vers l'état liquide.... Une unité de production est implantée sur l’île de Bonny, au large de Port Harcourt, dans le delta du Niger et un projet est en cours pour augmenter sa capacité.

Le Nigéria, désireux de développer l’exploitation du gaz naturel, s’est engagé à supprimer le torchage (flaring) d’ici 2020.

Une électrification défaillante

Cette richesse avérée ou potentielle en hydrocarbures ne se traduit pas par une bonne alimentation énergétique du pays. Elle est très variable selon les zones. Lagos, la plus grande métropole africaine, compte plus de 20 millions d’habitants et sa croissance reste très forte ; la zone du delta du Niger, avec la ville de Port Harcourt, est la grande zone pétrolière bien différente des immensités rurales du Nord et de l’Est.

En matière d’électricité, la capacité installée théorique est de 8 000 MW, correspondant à des besoins minimaux. En raison du mauvais état du parc de centrales à gaz et de la précarité des transports, la moitié environ de cette capacité est réellement utilisable. Et encore, selon les périodes, celle-ci peut tomber en dessous de 2 500 MW, un chiffre dérisoire pour un pays de plus de 175 millions d’habitants. À titre de comparaison, l'Afrique du Sud, trois fois moins peuplé, a une capacité installée de 45 000 MW. 55 % seulement de la population nigériane a accès à l’électricité, selon la Banque mondiale.

Du coup, le Nigeria est le paradis des générateurs privés (qui alimentent les maisons et des ensembles résidentiels entiers, les commerces, les artisans, les entreprises petites et grandes) c’est devenu une part non négligeable de l’économie, défendue par un lobby « dieseliste » qui défend cette filière des générateurs.

En 2014, la production électrique était assurée à plus de 80 % par le gaz, le reste étant assuré par l’hydraulique. Mais la production d’hydroélectricité a beaucoup décliné au cours des années, pratiquement divisée par deux en dix ans, notamment pour des problèmes de maintenance et de gestion. C’est le solaire que le gouvernement compte promouvoir, en priorité pour l'électrification des villages. De nombreuses compagnies internationales ont engagé des projets et le Maroc, qui mène une active politique africaine, a proposé sa coopération.

 

 

Sources :

(1) Données économiques - Banque Mondiale 

(2) Statistiques mondiales sur l‘automobile (OICA) (en anglais uniquement)

(3) Données énergie AIE (en anglais uniquement)