Dossier : Les énergies marines, "énergies bleues"

5 contenus dans ce dossier

J'approfondis
Imprimer

Décryptages

L'énergie des courants marins

Il est possible de capter la force des courants marins en installant des turbines sous-marines, les hydroliennes, qui génèrent de l'électricité. De nombreuses zones, situées partout dans le monde, sont concernées. Toutefois, les projets en sont encore au stade expérimental. 

Une hydrolienne en test au large de Bénodet, en Bretagne. SABELLA / Y.GLADU

Le potentiel des hydroliennes

Les déplacements des eaux des océans – en partie provoqués par les marées – offrent une force motrice considérable. Si les vitesses sont relativement faibles (10 à 20 km/h), les débits et la densité de l'eau (en comparaison avec ceux de l'air) de ces mouvements constituent des atouts indéniables.

En Europe, le potentiel hydrolien est estimé entre 18 et 35 TWh/an (environ 8 % de la consommation annuelle d'énergie des logements en France). Le Royaume-Uni, la France et la Norvège sont les pays les mieux situés pour profiter de ce potentiel.

Les avantages et inconvénients de cette source d’énergie

L’énergie des courants marins est régulière, inépuisable, et ne génère pas, après installation, d’émissions de gaz à effet de serrePhénomène naturel permettant un accroissement de la température de l'atmosphère d'une planète grâce à la présence de certains gaz.... En revanche, elle présente plusieurs inconvénients :

Les expérimentations d’hydroliennes en cours

Les expérimentations en cours concernent l’utilisation d’hydroliennes sous-marines, de grandes hélices ou turbines fixées en batterie sur les fonds marins ou flottant en position intermédiaire entre deux eaux. Un câble à courant continu apporte la production jusqu'à un poste de transformation électrique situé sur la terre ferme et raccordé au réseau de distribution.

 

hydrolienne-Fr_R
© IDE

Des parcs de démonstration sont en cours de développement, en Norvège, en Ecosse, en Irlande du Nord, etc.

Exploiter 1/1000 du potentiel du Gulf Stream pourrait couvrir en théorie 1/3 de la consommation d’électricité de la Floride.

 

Sources :

(1) Etude Inter-Mines (p. 51)

(2) Projet Paimpol-Bréhat – EDF

(3) Southeast National Marine Renewable Energy (SNMREC)