Glossaire lettre E

Echelle INES (International Nuclear Event Scale)

Il s'agit d'une échelle permettant de classifier la gravité de l'ensemble des incidents et accidents nucléaires. Elle comprend 8 niveaux, de 0 à 7, depuis le niveau 0 correspondant à une anomalie sans importance du point de vue de la sûreté jusqu'au niveau 7 caractérisé par des rejets majeurs avec un effet étendu sur la santé et l'environnement (exemples des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima). Les niveaux de 0 à 2 correspondent à des incidents sans conséquence hors site de la centrale.

Ecologie

L'écologie est la science qui a pour objet l'étude des relations de tous les êtres vivants avec leur habitat, leur environnement et les autres êtres vivants.

Effet de renard

L'effet de renard est un phénomène d'instabilité provoquant l'entrainement des grains d'un sol sous l'effet d'un gradient hydraulique dit critique, pouvant conduire à un affouillement brutal et spectaculaire. Ainsi, sous un barrage par exemple, l'effet de renard se traduit par l'installation d'un écoulement et d'une petite fuite en aval. Les matériaux sont peu à peu entraînés au niveau de cette fuite, créant un trou (semblable à un terrier de renard). Si aucune mesure n'est prise, le phénomène peut aller en s'accentuant jusqu'à la destruction finale de l'ouvrage par effondrement.

Effet de serre

Phénomène naturel permettant un accroissement de la température de l'atmosphère d'une planète grâce à la présence de certains gaz qui ont une importante capacité à piéger une partie du rayonnement infrarouge calorique ambiant. Sur terre, naturellement, ces gaz sont principalement la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone CO2 et, dans une moindre mesure, le méthane CH4, le protoxyde d'azote N2O et l'ozone O3. Leur présence a permis l'instauration de températures favorables à l'éclosion et au développement de la vie. Mais les activités humaines depuis le début de la révolution industrielle au XIXe siècle ont produit et continuent de dégager de grandes quantités de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, hydrocarbures halogénés) qui sont la cause principale d'un réchauffement global lourd de conséquences pour l'avenir de l'humanité.

Effet photovoltaïque

L'effet photovoltaïque se traduit par la génération d'un courant électrique sous l'effet de l'impact de photons (particules spécifiques de la lumière) sur un matériau semi-conducteur.

Efficacité énergétique

En économie, l'efficacité énergétique désigne les efforts déployés pour réduire la consommation d'énergie d'un système (bâtiment, usine, infrastructure, méthode d'exploitation...) à service rendu égal . Elle se mesure par le rapport de l'énergie utile (c'est-à-dire directement utilisée) à l'énergie totale consommée

Electricité

Forme d'énergie découlant du déplacement de particules chargées (électrons) dans un conducteur. L'électricité est fréquemment présente dans la nature (foudre, électricité statique, influx nerveux des êtres vivants...) mais elle n'est pas dans ce cas utilisable pour les besoins énergétiques de l'Homme. C'est une énergie secondaire, ou vecteur énergétique, qui doit être produite à partir de sources d'énergie primaires (charbon, gaz, fiouls lourds, nucléaire et la plupart des énergies renouvelables).

Electricité statique

L'électricité statique désigne un phénomène correspondant à l'accumulation d'une charge électrique dans un matériau isolant. Par exemple, une règle en plastique frottée avec un chiffon sec ou un peigne passé dans la chevelure se chargent négativement (par arrachage d'électrons au tissu ou aux cheveux) et sont ensuite capables d'attirer de petits morceaux de papier (en modifiant la répartition de leur charge électrique, neutre à l'origine). Ces charges peuvent être libérées brutalement : c'est le phénomène de décharge électrostatique, par exemple quand on marche sur une moquette et qu'on ressent un léger choc électrique au contact d'un objet métallique. L'électrostatique, branche de la physique étudiant ces phénomènes, est gouvernée par la loi de Coulomb.

Electron

Electron
©iStock.com/generalfmv

La matière est composée d'atomes. Un atome comporte un noyau formé de protons (particules de charge électrique positive) et de neutrons (charge électrique neutre), autour duquel gravitent des électrons (charge électrique négative). La charge électrique globale d'un atome au repos est neutre (nombre égal de protons et d'électrons).

Empreinte carbone

L’empreinte carbone (ou inventaire GES) d'un produit (bien ou service) est l'un des outils destinés à mesurer l’impact des activités humaines sur l’environnement. Elle consiste à évaluer la somme de toutes les émissions de gaz à effet de serre générés durant le cycle de vie du produit, depuis l'extraction des matières premières utilisées jusqu'à la gestion de sa fin de vie.

Energie bleue

On appelle « énergie bleue » l’énergie produite à partir des ressources renouvelables du milieu marin (énergie issue des marées et autres courants marins, des vagues, des vents, de la biomasse, des différences de chaleur ou de salinité océaniques). En parallèle, le terme énergie bleue désigne également l'énergie nucléaire de fusion.

Energie cinétique

L’énergie cinétique est l’énergie d'un corps liée à son mouvement.

Energie éolienne

C’est l’énergie extraite de la force du vent. L'électricité éolienne provient de la conversion de l'énergie cinétique de masses d'air en mouvement (le vent) en électricité.

Energie grise

L'énergie grise correspond à l'énergie nécessaire à la production d'un matériau ou d'un bien industriel. C'est une énergie "cachée", à l'inverse de l'énergie directe consommée pour leur utilisation ou leur fonctionnement, plus aisée à connaître. Appelée aussi énergie intrinsèque, elle comprend toute l'énergie utilisée dans le cycle de vie du matériau ou du bien industriel (extraction, production, transformation, fabrication, transport, installation, entretien et recyclage). Par exemple, l’énergie grise d’un ordinateur est estimée à 6 275 kWh, celle d’un lave-vaisselle de 45 kg à quelque 1 000 kWh. Pour une automobile, elle serait de l'ordre de 21 000 kWh pour un véhicule thermique et de 35 000 kWh pour un véhicule électrique. L'énergie grise d'une pile alcaline représente 50 fois l'énergie qu'elle stocke.

Energie houlomotrice

L’énergie houlomotrice est une énergie marine, tirée de la puissance des vagues. La première centrale houlomotrice commerciale reliée au réseau électrique a été mise en service en Australie en 2015.

Energie hydraulique

C'est l'énergie générée par les mouvements de l'eau à l'état liquide, sous toutes ses formes : chutes, cours d'eau, courants marins, vagues. L'énergie cinétique de l'eau en mouvement est convertie en électricité.

Energie marémotrice

L’énergie marémotrice est une énergie marine, tirée de la puissance des courants de marée ou des variations d’élévation du niveau marin dues aux marées. Plusieurs « usines marémotrices » ont été mises en service dans le monde, après celle de la Rance dans La Manche (France) en 1966.

Energie massique

L'énergie massique d'un corps représente l'énergie incluse, reçue ou absorbée par ce corps. Elle s’exprime en Wh/kg ( 1 Wh/kg = 3,6.103 J/kg). Par exemple, l’énergie massique d'une batterie d'accumulateurs classique est de l'ordre de 70 à 100 Wh/kg, de 150 à 200 Wh/kg pour une batterie Li-ion (Lithium-ion) et jusqu'à 1 500 Wh/kg pour certaines batteries au lithium ou au manganèse. Cela reste largement inférieur à l'énergie calorifique d'un carburant liquide qui est de l'ordre de 10 000 Wh/kg.

Energie mécanique

L'énergie mécanique est la somme de l'énergie potentielle et de l'énergie cinétique d'un corps ou d'un système. L'énergie potentielle étant liée à la position du corps et l'énergie cinétique à son mouvement, l'énergie mécanique se traduit donc par un déplacement de matière. C'est elle qui, par exemple, est impliquée dans la rotation des pales d'une éolienne ou le mouvement des pistons d'un moteur thermique.

Energie non renouvelable

Les énergies non renouvelables ou énergies fossiles sont des énergies primaires qui, après leur utilisation, ne peuvent pas être reconstituées à l'échelle de temps humaine. Le pétrole, le gaz naturel et le charbon sont des énergies non renouvelables.

Energie nucléaire

C'est l'énergie produite dans les centrales nucléaires. La grande quantité de chaleur dégagée lors de la fission des noyaux d'atomes d'uranium est transférée à de l'eau dont l'élévation de température génère de la vapeur. Celle-ci permet d'actionner une turbine qui produit de l'électricité.

Energie osmotique

L’énergie osmotique a pour principe la juxtaposition d’une masse d’eau salée et d’une masse d’eau douce séparées par une membrane semi-perméable dans une enceinte. L’eau douce tend à se déplacer vers l’eau salée à travers la membrane, créant une surpression (enceinte fermée) ou une élévation du niveau (enceinte ouverte) dans la masse d’eau salée. Cette surpression ou cette élévation peuvent être converties en électricité via un débit d’eau et une turbine. Il existe plusieurs centrales osmotiques prototypes dans le monde.

Energie photovoltaïque

C'est l'énergie qui découle de l'effet photovoltaïque.

Energie potentielle

L'énergie potentielle d'un corps ou d'un système physique est l'énergie qui y est présente et qui a le potentiel de se transformer en énergie cinétique. Ainsi, par exemple, tout corps sur terre possède une énergie potentielle de pesanteur, qui le fera se mettre en mouvement en direction du centre de la terre jusqu'à ce qu'un obstacle fixe arrête ce mouvement.

Energie primaire

L’énergie primaire désigne l’ensemble des sources d’énergie non transformées, c’est-à-dire à l’état naturel (exemple : pétrole brut, gaz naturel ou rayonnement solaire).

Energie renouvelable

On appelle énergie renouvelable une source d'énergie dont le renouvellement naturel est immédiat ou très rapide, de telle façon qu'on peut la considérer comme inépuisable à une échelle de temps humaine. Parmi les énergies renouvelables, les plus connues et déjà exploitées sont le solaire, l'éolien, l'hydraulique, la biomasse et la géothermie.

Energie secondaire

Une énergie secondaire est une énergie produite par transformation d'une énergie dite primaire c'est-à-dire qui est disponible dans l'environnement naturel sans transformation. L'électricité, les carburants pétroliers raffinés, l'hydrogène ou encore l'air comprimé et les faisceaux de micro-ondes sont des énergies secondaires. On les appelle aussi vecteurs énergétiques, car elles sont plus faciles à transporter et surtout à utiliser que les énergies primaires.

Energie verte

Une énergie primaire est dite « verte » ou « propre » lorsque sa transformation en énergie finale génère des quantités faibles de polluants. Cette notion « d'énergie propre » est donc relativement subjective et n'est pas synonyme d'énergie renouvelable, même si beaucoup d'énergies renouvelables sont aussi « propres ».

Energivore

Se dit d’un bâtiment, d’un mode de transport ou d’un procédé industriel qui consomme beaucoup d’énergie.

Enzyme

On appelle enzyme une protéine ou une molécule d'origine protéique qui joue un rôle de catalyseur biologique, c'est-à-dire facilitant une réaction biochimique sans interagir sur les types de produits de cette réaction. Les enzymes sont essentielles dans les processus de métabolisme des êtres vivants. Début 2012, le site de l'institut européen de bio-informatique en répertoriait près de 4 600 différentes.

EPR™

L'EPR™ (European Pressurized Reactor mais aussi Evolutionary Power Reactor) est un réacteur nucléaire à eau pressurisée de troisième génération, conçu et développé par le groupe AREVA. Destiné aux pays disposant d'un réseau électrique de forte capacité, sa puissance atteindra 1 650 MW, supérieure de 10 à 40 % à celle des réacteurs à eau pressurisée classiques. La construction d'EPR est en cours en France, en Finlande et en Chine et va débuter au Royaume-Uni, avec débuts d'exploitation respectifs en 2014, 2020 et 2023.

Ethane

L'éthane est un hydrocarbure de la famille des alcanes, comportant deux atomes de carbone (CH3-CH3). Il est toujours associé, en plus faibles quantités, au méthane dans le gaz naturel thermogénique. L'éthane est le réactif initial pour la synthèse de molécules très importantes en pétrochimie, comme l'éthylène, le chlorure de vinyle, les chloroéthanes ou le nitrométhane.

Ethanol de cellulose

L'éthanol de cellulose (ou éthanol cellulosique) est un biocarburant produit à partir de déchets végétaux (par exemple, des résidus de paille ou de bois). Aussi efficace que l'éthanol « standard », sa fabrication est aussi plus écologique (valorisation de déchets inutilisables autrement).

Ethyl Tertio Butyl Ether (ETBE)

L’ETBE (en français éther éthyle tertiobutyle) est un additif pour carburants, issu de la filière biocarburants. Il est obtenu par synthèse chimique, par addition catalytique d'éthanol sur de l'isobutène.

Ethylène

L'éthylène (ou éthène dans la nomenclature chimique internationale) est le plus simple des alcènes, de formule brute C2H4. L'éthylène est à la base de la fabrication de très nombreux produits de l'industrie chimique : éthanol, polyéthylènes, PVC, polystyrènes, caoutchoucs SBR et plastiques PET. L'éthylène est obtenu par craquage thermique de l'éthane ou vapocraquage du naphta.

Ethylène

L'éthylène ou éthène est l'hydrocarbure de la famille des alcènes le plus simple, comportant 2 atomes de carbone liés par une double liaison (CH2=CH2). L'éthylène est à la base de la production d'un grand nombre de molécules utiles dans notre vie courante (comme l'éthanol), dont de nombreux polymères et plastiques : polyéthylène, polychlorure de vinyle (PVC), polystyrène, polytéréphtalate d'éthylène (PET), polytétrafluoréthylène (téflon), caoutchoucs SBR et SBS.

Evolution en plateau

Lorsque les cours du pétrole, en hausse, atteignent un point culminant, ils peuvent ensuite soit chuter brutalement (on parlera alors d'un « pic »), soit se stabiliser, l’offre et la demande s’équilibrant. On parlera dans ce cas d’évolution en plateau.

Exploration pétrolière

Ensemble des méthodes mises en œuvre pour découvrir de nouveaux gisements d'hydrocarbures.