Le partenariat avec l'AFP propose des actualités sur toutes les énergies.

Envoyer à un ami Imprimer

Technip remporte le plus grand contrat sous-marin de son histoire

Le groupe français d'ingénierie pétrolière Technip a remporté en consortium avec Heerema Marine Contractors le plus grand contrat sous-marin de son histoire, d'un montant de 3,5 milliards de dollars.

La commande a été passée par le géant pétrolier Total dans le cadre de la mise en exploitation de son projet Kaombo, au large de l'Angola.

Le groupe français a précisé dans un communiqué mercredi que sa part serait d'environ 55% du montant total du contrat, tandis que son partenaire néerlandais engrangera les 45% restants.

"Ce projet est le plus grand contrat +subsea+ jamais remporté par Technip. Notre position sur le marché de l'ultraprofond s'en trouve ainsi renforcée", a commenté Thierry Pilenko, PDG de Technip, cité dans le communiqué.

De son côté, Pieter Heerema s'est réjoui d'avoir remporté "le plus important contrat SURF (ndlr: de conduites sous-marines) jamais attribué dans l'industrie à ce jour comme premier projet pour l'alliance Technip Heerema (ce qui) constitue un fantastique succès".

"Nous sommes ravis que le projet Kaombo nous permette d'apporter une charge de travail substantielle à nos entreprises angolaises de fabrication et de transport maritime", a relevé le patron d'Heerema Marine Contractors.

Le contrat, conclu à un prix forfaitaire, porte sur l'ingénierie, la fourniture des équipements, la construction, l'installation (EPCI) ainsi que la pré-mise en service de la partie sous-marine des conduites du projet Kaombo.

Total a annoncé lundi le lancement de ce projet en eaux très profondes après en avoir réduit significativement le coût global. Les investissements pour atteindre la pleine capacité ont ainsi été ramenés à 16 milliards de dollars, soit 4 milliards de moins que prévu à l'origine.

Le projet de Kaombo est situé à environ 260 kilomètres au large de la capitale Luanda, à une profondeur d'eau allant de 1.400 à 1.900 mètres. Les six gisements du bloc 32 (sur les 12 champs découverts) s'étendent sur une surface de 800 kilomètres carrés et produiront 230.000 barils de pétrole par jour, pour des réserves estimées à 650 millions de barils. Le démarrage de la production est prévu en 2017.

Technip a indiqué de son côté que la plupart des activités liées à l'installation offshore sont prévues pour 2016 et 2017, et que le projet devrait être achevé au cours du premier semestre 2018.

La phase d'ingénierie va débuter "immédiatement" dans les différents centres de Paris, Leiden (Pays-Bas) et Luanda.

Le projet prévoit notamment la fourniture de 300 kilomètres de conduites. Les conduites flexibles seront fabriquées par l'usine Flexi France de Technip au Trait (Seine-Maritime), tandis que les conduites rigides sortiront de son usine Angoflex en Angola.

Les deux partenaires, qui ont noué une alliance stratégique il y a quinze mois, comptent mobiliser plusieurs navires pendant la réalisation du contrat dont le navire de construction en eaux profondes de Heerema, le Balder, et le Deep Blue de Technip pour l'installation des conduites.

elm/fga/pre