Le partenariat avec l'AFP propose des actualités sur toutes les énergies.

Envoyer à un ami Imprimer

Un pas vers la reconstruction dans la zone de Fukushima avec une ferme solaire

La ville évacuée de Tomioka, à quelques kilomètres de la centrale accidentée de Fukushima, a annoncé jeudi la construction prochaine d'une ferme solaire afin d'inciter davantage au retour lorsque l'interdiction de séjour y sera levée.

Pour le moment, les ex-habitants de Tomioka ne peuvent revenir que ponctuellement la journée afin d'effectuer diverses tâches de rangement, nettoyage et décontamination.

Y dormir la nuit est encore interdit, mais les autorités de l'agglomération espèrent que cela ne durera pas et surtout que les entreprises et particuliers reviendront un jour.

La nouvelle ferme solaire sera construite par le groupe nippon Sharp sur un terrain de 3,1 hectares. Elle délivrera une puissance de 2,19 mégawatts et pourra en théorie alimenter 600 foyers.

C'est la première fois que Sharp installera une telle centrale solaire dans la région du Tohoku (nord-est) ravagée par le tsunami du 11 mars 2011 à l'origine de la catastrophe atomique de Fukushima.

Une zone de vingt kilomètres de rayon et plusieurs autres villes ont été évacuées et le séjour prolongé y reste interdit, hormis dans une petite portion de la ville de Tamura.

Traumatisée par le drame du 11 mars 2011, la préfecture de Fukushima ne veut plus entendre parler d'énergie nucléaire et veut être un fer de lance dans l'exploitation de ressources propres et durables, dont les énergies éolienne et solaire.

La première phase de la construction d'un important parc d'éoliennes au large de cette province a été inaugurée en novembre dernier par la mise en marche d'une première éolienne géante de 106 mètres de haut (par rapport au niveau de la mer) et 80 mètres de diamètre, d'une puissance de 2 mégawatts. Elle doit permettre de vérifier les conditions de fonctionnement avant l'installation de plusieurs autres.

kap/emb