Le partenariat avec l'AFP propose des actualités sur toutes les énergies.

Envoyer à un ami Imprimer

Brésil/sucre: sécheresse et difficultés financières assombrissent les perspectives de récolte

Après une récolte de canne à sucre approchant les 600 millions de tonnes en 2013-2014, les industriels du centre-sud du Brésil prévoient une baisse de la production pour la saison à venir, à cause de la sécheresse et des difficultés financières du secteur.

La coupe de la canne à sucre dans la principale région sucrière du pays a pris fin en novembre et est en train de recommencer pour la saison 2014-2015.

"Les projections (pour la région centre-sud) tablent sur un broyage de 580 millions de tonnes, soit une diminution de 16,94 millions de tonnes par rapport aux 596,94 millions de tonnes transformées l'an dernier", indique mercredi Unica, principal groupement d'industriels du secteur.

"Début décembre, l'aspect visuel des plantations était très bon mais la sécheresse intense a eu lieu exactement à la période du plus fort développement de la canne", a observé le directeur d'Unica Antonio de Padua Rodrigues, cité dans un communiqué.

Selon lui, la chute des rendements peut dépasser les 15% dans certaines zones.

Autre facteur d'une baisse de la productivité: le moindre renouvellement des plantations à cause de la profonde crise économique traversée par le secteur.

La canne à sucre se récolte durant plusieurs années mais les plantes perdent de leur concentration en sucre au fil du temps. Or le renouvellement des plantations coûte cher aux usines de broyage, souvent propriétaires de leurs propres champs.

"La baisse du niveau de rénovation des plantations en début d'année reflète les difficultés financières rencontrées par le secteur productif, avec beaucoup d'unités qui ne peuvent pas se permettre d'investir dans les cultures", poursuit Unica.

Selon un porte-parole de l'association, "le scénario est préoccupant: au-delà des 10 usines qui pourraient fermer (cette année), plus de 30 unités sont en processus de redressement judiciaire et plusieurs autres se trouvent dans une situation financière assez délicate", sur un total d'environ 150 usines de broyage dans la région centre-sud.

La surface agricole consacrée à la canne à sucre devrait augmenter d'environ 5% cette saison, d'après les calculs d'Unica. Mais cela ne compenserait pas la chute de productivité, attendue à 8% en moyenne par rapport à 2013-2014, où elle a atteint 79,8 tonnes de canne par hectare.

Confirmant la tendance de ces dernières années, la majorité de la canne à sucre coupée en 2014-2015 (plus de 56%) devrait être consacrée à la production non pas de sucre mais d'alcool de canne, utilisé comme carburant sous forme d'éthanol.

La production de sucre prévue est de 32,5 millions de tonnes, en chute de 5,23% par rapport à celle de la saison 2013-14, qui était de 34,29 millions de tonnes, indique le communiqué.

Les industriels s'attendent en effet à une baisse de la demande de sucre sur le marché physique, avec une rentabilité moins intéressante pour eux.

La production d'éthanol devrait en revanche atteindre 25,87 milliards de litres, en hausse de 1,2% par rapport aux 25,57 milliards de litres de 2013-2014.

Les voitures flex, capables de rouler indifféremment à l'essence et à l'éthanol, représentent 60% de la flotte automobile brésilienne.

Le Brésil est le premier producteur mondial de sucre et le second producteur d'éthanol après les Etats-Unis, qui fabriquent ce carburant à partir de maïs.