Le partenariat avec l'AFP propose des actualités sur toutes les énergies.

Envoyer à un ami Imprimer

Bruxelle espère signer bientôt la paix du maquereau avec l'Islande

L'Union européenne a jugé mercredi que l'Islande avait franchi un "pas positif" pour un règlement de la guerre du maquereau, en revendiquant un quota modéré pour 2014.

L'annonce par l'Islande, mardi, "de son quota unilatéral de maquereau est un pas positif", a indiqué la porte-parole de la Commission pour la pêche, Helene Banner, dans un communiqué.

Cette part de 147,57 tonnes représente 11,9% du quota décidé par l'Union européenne, la Norvège et les îles Féroé, en vertu d'un accord conclu à la mi-mars, mais sans que l'Islande y soit associée.

"L'UE a toujours dit que la porte est ouverte pour que l'Islande joigne cet accord", d'une durée de cinq ans, "et nous pourrions maintenant être très proches" de ce ralliement, a ajouté Mme Banner. La Commission "presse l'Islande de se joindre aux trois parties à la plus proche occasion", a-t-elle ajouté.

Le ministère islandais de la Pêche s'était prévalu mardi d'un quota "modéré" et "responsable". Représentant au total 16,6% des captures de maquereau préconisées par le Centre international pour l'exploration de la mer (CIEM), ce quota "soutient les efforts de l'Islande pour préserver le stock", avait commenté le ministre, Sigurdur Ingi Johannsson.

Il avait souligné que l'Islande était prête à négocier sa part "dans le cadre d'un accord passé entre tous les États côtiers".

Un ralliement de l'Islande pourrait marquer la fin de la "guerre du maquereau" opposant l'UE et la Norvège à l'Islande et aux Féroé, territoire danois autonome dans la gestion de la pêche, depuis que ces deux derniers ont relevé unilatéralement en 2010 leurs quotas de pêche au motif que ces poissons auraient migré plus au nord grâce au réchauffement climatique.